Le site www.fousdanim.org n’est plus mis à jour depuis le 10 juillet 2015. Les outils de recherche sont toujours actifs mais nous vous invitons à aller ailleurs pour trouver des lieux plus vivants dédiés au cinéma d’animation.

La légende de Manolo

Donnez votre avis sur les films, cinéma, BluRay, DVD, VHS, VideoDisc...

La légende de Manolo

Messagepar » Sam Nov 15, 2014 5:30 pm

Le livre de la vie (The book of Life) est devenu La légende de Manolo, je l'ai vu, j'en cause un peu ici.

Image

Ce film CGi est une création de ReelFX, produit par Guillermo De Toro dont le nom - caution marketing, cinématographique et culturelle (le Mexique) - s'étale au générique. Le studio est situé à Dallas, au Texas, donc pas si loin du Mexique où se situe l'action de ce film. Il est réalisé par Jorge R. Gutierrez.

Le film est un croisement entre Orphée et Carmen. Dans un village au Mexique, une jeune fille est amie avec deux garçons, un fils de toréador et un fils de policier mort en héros et dont la statue trône sur la place du village. Elle part en Europe parfaire son éducation chez les soeurs et à son retour devra choisir d'épouser un de ses deux potes qui se tirent gentiment la bourre. Mais ce qui biaise le jeu c'est que chaque jeune homme est parrainé par un esprit de la mort : le triste Xibalba qui règne sur le pays des âmes oubliées et la Muerte, le sexy macchabée qui règne sur le pays des âmes heureuses. Xibalba étant mauvais joueur il a donné à son protégé une médaille d'invincibilité biaisant ainsi le marché.

Image

Il y aura des aller-retour au pays des morts, des réunions de familles squelettes, des combats contre des méchants bandits, des marchés de dupes et des colères noires.

Le film m'a assez diverti et je dois avouer surtout que les designs sont vraiment canons ; le film est raconté avec des pantins en bois et tout est designé comme s'il était fait de morceaux de bois peint avec des attaches en métal. Il y a une belle cohérence, c'est coloré, intelligent, joli.
Les points négatifs - et pas qu'un peu - c'est la musique. Le toréador est un guitariste frustré, il chante le pauvre. Et c'est d'une affligeante niaiserie - reprises de standards pop (même le Creep de Radiohead !), classiques stéréotypés (le film commence avec l'ouverture de Peer Gynt !).. aucune exploitation du patrimoine musical mexicain, qui contribuent à rendre le film standard et formaté. Une belle connerie.
L'autre point négatif c'est la conformité de l'histoire, le toréador qui ne veut pas toréer parce que c'est mal de tuer (??!!), la gamine qui lui grave sur sa guitare de "jouer avec son coeur", le père qui se range à sa vision parce qu'il "faut être soi-même"... Beuh.

Image

Un bien beau gâchis donc, le rendu du film étant par ailleurs vraiment original. Un satisfecit spécial au design du méchant verdâtre.
"Quand la raie manta, son nez s'allongit."

Les fourmis n'aiment pas le Flamenco, Auguste Derrière, Ed. Le Castor Astral
Avatar de l’utilisateur
Aide soignant
 
Messages: 4747
Inscription: Mar Fév 18, 2003 1:43 pm
Localisation: Lille-F
Film d'animation culte: Chicken Scratch

Retourner vers A propos des Films

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Google [Bot] et 4 invités

cron