Le site www.fousdanim.org n’est plus mis à jour depuis le 10 juillet 2015. Les outils de recherche sont toujours actifs mais nous vous invitons à aller ailleurs pour trouver des lieux plus vivants dédiés au cinéma d’animation.

crowdfunding en mouvement perpétuel

Une réaction, une rectification, une confirmation ou un autre truc en -ion sur les news postées sur le site ou ailleurs... n'hésitez pas a ajouter votre grain de sel.

Modérateur:

Re: crowdfunding en mouvement perpétuel

Messagepar muiye » Mer Mar 06, 2013 10:18 pm

Hugo a écrit:Et pour le crowdfunding, C'est cool de soutenir les projets à échelle humaine. En fait ça me fait un peu penser à la politique avec une loi qui doit passer parce qu'elle est votée par des élus d'un gouvernement (vote avec lequel les français ne sont pas toujours d'accords même quand ils sont du bord du gouvernement en place).... ou un référendum quand on demande son avis à chaque français!!


En fait le "peuple" deviendrait directeur artistique/éditorial et producteur en même temps. C'est vrai qu'il ne faut aucune compétence particulière pour exercer ce type de fonction, tout le monde le sait.
Avatar de l’utilisateur
muiye
grand fou, grande folle
 
Messages: 1209
Inscription: Jeu Avr 14, 2005 10:09 am
Localisation: paris/banlieue
Film d'animation culte: Candy-boy

Re: crowdfunding en mouvement perpétuel

Messagepar » Mer Mar 06, 2013 11:40 pm

Bin si, comme toujours, il faut du fric.
c’est çui qui paye qui a raison.
"Quand la raie manta, son nez s'allongit."

Les fourmis n'aiment pas le Flamenco, Auguste Derrière, Ed. Le Castor Astral
Avatar de l’utilisateur
Aide soignant
 
Messages: 4748
Inscription: Mar Fév 18, 2003 1:43 pm
Localisation: Lille-F
Film d'animation culte: Chicken Scratch

Re:

Messagepar kachoudas » Jeu Mar 07, 2013 2:40 am

rvdboom a écrit:...
Mais un organisme comme le CNC peut aider des films via certaines aides tant qu'ils apparaissent comme une activité "culturelle". Le reste est interdit par les lois européennes car apparaitrait comme une atteinte à la libre concurrence. Donc, le CNC se doit déjà de définir une ligne entre le film "culturel" et le film "commercial". ...


euh, tu es sûr de toi ? Il me semble que c'est tout le cinéma (ainsi que les autres activités culturelles) qui tombent sous le coup de "l'exception culturelle", sans distinguo de leurs vocation, qualités et autres . Ou je me trompe ?

C'est d'ailleurs ce que veulent voir cesser une bonne part des militants américains du mouvement des VFx. Pour rappel, "l'exception culturelle" est ce qui permet au "produits culturels" d'échapper aux règles de l'OMC en terme de "libre" concurrence.
Avatar de l’utilisateur
kachoudas
grand fou, grande folle
 
Messages: 1287
Inscription: Dim Nov 05, 2006 10:07 am
Localisation: Fukuoka
Film d'animation culte: La planète sauvage

Re: crowdfunding en mouvement perpétuel

Messagepar muiye » Jeu Mar 07, 2013 8:27 am

C'est difficile pour moi d'imaginer qu'on puisse être contre le "crowdfunding". C'est un peu comme les émissions du type "nouvelle star", on donne une chance à des gens qui n'ont pas forcément les connexions d'entrer dans le métier. On vote pour eux, on leur file du blé pour les voir aboutir. Alors oui, tout ceux qui en sortent vainqueurs ne sont pas des artistes avec un univers singulier, qui apportent du neuf et qui soit autre chose que de bons interprètes. Mais s'il y a 0,005 % de chance qu'un seul soit repéré; alors cet infime pourcentage justifie à lui seul (et à mon sens) le bien fondé de ce procédé.
Je n'ai jamais participé en amont d'un projet en donnant de l'argent. Je n'ai encore jamais fait appel aux dons mais ça viendra peut-être, qui sait. Pour l'heure, j'ai du mal à considérer que ma seule passion de faire du cinéma suffise à justifier une certaine mendicité.
En revanche, j'ai souvent acheté à l'auteur son film une fois terminé, lorsque c'était possible bien entendu. De l'argent qui va donc directement dans sa poche. Une sorte de prix "qualité" dont je suis l'unique jury.
Concernant le CNC.
Hugo a écrit:Je ne veux pas me montrer trop péjoratif envers le film d'auteur mais j'estime que la plupart mériteraient un bon coup de dépoussiérage. Après je ne suis peu être qu'un jeune fou qui n'a pas encore la maturité de "l'auteur français" mais ça me fait mal de me dire que le CNC écarterait d'emblé un Geri's game ou un Presto de Pixar sous prétexte que ce sont des films un peu cartoon sans vrai fond d'auteur.

Une des missions du CNC est de permettre ou de soutenir une création différente. Sans quoi cette fameuse "diversité" qui fait la force du cinéma n'existerait pas. En ce sens, si j'étais dans une commissions (ce qui m'est déjà arrivé) je me verrais mal soutenir un projet comme "presto" pour reprendre ton exemple. En quoi apporte t-il du neuf dans le paysage cinématographique?

Hugo a écrit: il est clair que la plupart des films d'auteur donnés à voir sont des films faits par l'auteur et pour l'auteur (et éventuellement un public très restreint d'inconditionnels). D'un côté on pourra voir ça comme une exception française à conserver pour lutter contre l'envahissante machinerie de l'entertainement hollywoodien, et de l'autre, comme un institution trop vieille pour laisser sa chance au changement ou à la fraîcheur d'une jeunesse qui ne rentrerait pas dans les clous posés par les anciens qui ont été jeunes, un jour.

Je passe sur ta première remarque. Je trouve un peu facile de reporter systématiquement la faute sur le CNC, sur l'institution qui muselle la jeunesse. Le système n'est pas parfait, soit. De bons dossiers ne font pas toujours de bons films, il y a de grosses bouses qui passent entre les mailles. Il y a aussi l'art de vendre un film (par son casting, sa verbe, son papier glacé en converture ou autre chose...). Peut-être que PARIS (où les décisions sont prises) sent un peu trop le vieux musée. Nous sommes nombreux à nous battre contre ça et il y a toujours ce "cercle supérieur" auquel il n'est pas facile d'accéder.
Mais lorsqu'on veut faire un premier film d'animation, que ça nous démange au point de ne plus en dormir la nuit, et bien on se sort les doigts du c.. et on le fait tout seul (il paraît qu'en animation c'est possible) ou alors on s'arme de patience pour obtenir des aides si elles s'avèrent vraiment indispensables. C'est normal que ce soit dur. Au début, il faut faire ses preuves, jouer des coudes, montrer qu'on arrive au bout d'un projet. Si le film trouve un écho (d'une manière ou d'une autre) alors peut-être que le film suivant sera plus facile à monter. C'est la règle du jeu.
Avatar de l’utilisateur
muiye
grand fou, grande folle
 
Messages: 1209
Inscription: Jeu Avr 14, 2005 10:09 am
Localisation: paris/banlieue
Film d'animation culte: Candy-boy

Messagepar rvdboom » Jeu Mar 07, 2013 8:46 am

kachoudas a écrit:euh, tu es sûr de toi ? Il me semble que c'est tout le cinéma (ainsi que les autres activités culturelles) qui tombent sous le coup de "l'exception culturelle", sans distinguo de leurs vocation, qualités et autres . Ou je me trompe ?

C'est d'ailleurs ce que veulent voir cesser une bonne part des militants américains du mouvement des VFx. Pour rappel, "l'exception culturelle" est ce qui permet au "produits culturels" d'échapper aux règles de l'OMC en terme de "libre" concurrence.

Tu as raison de me reprendre ma formulation n'était pas claire. Par film "commercial", j'entendais les publicités, les films institutionnels, etc.
Pas les films "culturels" qu'on considère comme commerciaux par opposition aux films d'art et d'essai.
Le prédicateur fou
Avatar de l’utilisateur
rvdboom
brindezingue de haut niveau
 
Messages: 2275
Inscription: Mar Aoû 31, 2004 10:02 pm
Localisation: Paris

Re: crowdfunding en mouvement perpétuel

Messagepar SUKI » Jeu Mar 07, 2013 9:23 am

muiye a écrit:C'est difficile pour moi d'imaginer qu'on puisse être contre le "crowdfunding". C'est un peu comme les émissions du type "nouvelle star", on donne une chance à des gens qui n'ont pas forcément les connexions d'entrer dans le métier. On vote pour eux, on leur file du blé pour les voir aboutir. Alors oui, tout ceux qui en sortent vainqueurs ne sont pas des artistes avec un univers singulier, qui apportent du neuf et qui soit autre chose que de bons interprètes. Mais s'il y a 0,005 % de chance qu'un seul soit repéré; alors cet infime pourcentage justifie à lui seul (et à mon sens) le bien fondé de ce procédé.
Je n'ai jamais participé en amont d'un projet en donnant de l'argent. Je n'ai encore jamais fait appel aux dons mais ça viendra peut-être, qui sait. Pour l'heure, j'ai du mal à considérer que ma seule passion de faire du cinéma suffise à justifier une certaine mendicité.
En revanche, j'ai souvent acheté à l'auteur son film une fois terminé, lorsque c'était possible bien entendu. De l'argent qui va donc directement dans sa poche. Une sorte de prix "qualité" dont je suis l'unique jury.
Concernant le CNC.
Hugo a écrit:Je ne veux pas me montrer trop péjoratif envers le film d'auteur mais j'estime que la plupart mériteraient un bon coup de dépoussiérage. Après je ne suis peu être qu'un jeune fou qui n'a pas encore la maturité de "l'auteur français" mais ça me fait mal de me dire que le CNC écarterait d'emblé un Geri's game ou un Presto de Pixar sous prétexte que ce sont des films un peu cartoon sans vrai fond d'auteur.

Une des missions du CNC est de permettre ou de soutenir une création différente. Sans quoi cette fameuse "diversité" qui fait la force du cinéma n'existerait pas. En ce sens, si j'étais dans une commissions (ce qui m'est déjà arrivé) je me verrais mal soutenir un projet comme "presto" pour reprendre ton exemple. En quoi apporte t-il du neuf dans le paysage cinématographique?

Hugo a écrit: il est clair que la plupart des films d'auteur donnés à voir sont des films faits par l'auteur et pour l'auteur (et éventuellement un public très restreint d'inconditionnels). D'un côté on pourra voir ça comme une exception française à conserver pour lutter contre l'envahissante machinerie de l'entertainement hollywoodien, et de l'autre, comme un institution trop vieille pour laisser sa chance au changement ou à la fraîcheur d'une jeunesse qui ne rentrerait pas dans les clous posés par les anciens qui ont été jeunes, un jour.

Je passe sur ta première remarque. Je trouve un peu facile de reporter systématiquement la faute sur le CNC, sur l'institution qui muselle la jeunesse. Le système n'est pas parfait, soit. De bons dossiers ne font pas toujours de bons films, il y a de grosses bouses qui passent entre les mailles. Il y a aussi l'art de vendre un film (par son casting, sa verbe, son papier glacé en converture ou autre chose...). Peut-être que PARIS (où les décisions sont prises) sent un peu trop le vieux musée. Nous sommes nombreux à nous battre contre ça et il y a toujours ce "cercle supérieur" auquel il n'est pas facile d'accéder.
Mais lorsqu'on veut faire un premier film d'animation, que ça nous démange au point de ne plus en dormir la nuit, et bien on se sort les doigts du c.. et on le fait tout seul (il paraît qu'en animation c'est possible) ou alors on s'arme de patience pour obtenir des aides si elles s'avèrent vraiment indispensables. C'est normal que ce soit dur. Au début, il faut faire ses preuves, jouer des coudes, montrer qu'on arrive au bout d'un projet. Si le film trouve un écho (d'une manière ou d'une autre) alors peut-être que le film suivant sera plus facile à monter. C'est la règle du jeu.


Entièrement d'accord avec vous Monsieur Muiye.
Image
Avatar de l’utilisateur
SUKI
malade de la tête d'exception
 
Messages: 1925
Inscription: Lun Juil 14, 2003 3:49 pm
Localisation: Paris
Film d'animation culte: -----

Messagepar rvdboom » Jeu Mar 07, 2013 9:38 am

Hugo a écrit:L'argument des anciens qui n'empêchent en rien les nouveaux talents d’émerger en prend un sérieux coup.

L'histoire de Plympton est connue et en a énervé plus d'un. Bon. C'est un film de moins d'une demi-minute, ça coutait rien de le mettre et effectivement, il s'agit probablement d'une forme de copinage, Plympton a dû être à Annecy tous les ans depuis 25 ans. C'est pas forcément top, surtout que le film est nul, mais ça n'a pas vraiment lésé quelqu'un d'autre pour autant.
Et tu fais une généralité d'un cas particulier, en l'occurence, et tu t'appuie pour cela pour des sélections aux Oscars, qui ne sont en rien des récompenses ouvertes spécialement sur la jeunesse (il n'y a qu'à voir le vainqueur et le fait que Plympton est lui-même souvent nominé) mais ont tout à voir avec le lobying et le copinage (voir la liste des nommés de 2013, qui a oublié plus ou moins sciemment tous les films ayant cartonné en festivals en 2012 : Oh...Willy, Edmond, Junkyard, ....).
Qui plus est, tu sembles faire un lien entre le CNC et Annecy et tu t'appuies pour cela sur l'exemple d'un réalisateur américain qui n'a jamais reçu d'aide de cet organisme.
Si on se focalise plus sur les films français, je rappelle qu'au dernier Annecy, les deux principaux prix, remis par un écossais, un américain et je ne me souviens plus du troisième mais il n'était pas français, l'ont été à deux films français aidés par le CNC. Je dirais à vu de nez que 80% des prix internationaux pour des courts d'animation de l'année passée dans le monde entier ont été remis à des films aidés par le CNC. Et la France représente à chaque fois dans tous les festivals du monde le plus gros contingent de films sélectionnés en courts d'animation. Une majorité de ces films ont été aidés par le CNC. Et pourtant, toutes ces sélections ont été faites par des comités finlandais, iraniens, brésiliens, russes, espagnols, etc. qui n'ont rien à voir avec le CNC.
Donc, c'est peut-être qu'au fond, le système n'est pas si mauvais que ça et fait vraiment émerger des projets intéressants, quoi que tu puisses en penser.

Et en l'occurence, le CNC aide beaucoup de premiers films (je ne me souviens plus avec exactitude du chiffre, mais il me semble que cela représente un quart des courts-métrages aidés). Et rembarre aussi des auteurs, aidés pourtant plusieurs fois dans le passé, on en sait quelque chose.

Je comprends ta frustration, c'est pas facile de se faire rembarrer pour un projet qui tient à coeur. Mais ça n'a rien à voir avec une question de jeunes ou vieux, mais plus avec une bête question de forte concurrence.
Le prédicateur fou
Avatar de l’utilisateur
rvdboom
brindezingue de haut niveau
 
Messages: 2275
Inscription: Mar Aoû 31, 2004 10:02 pm
Localisation: Paris

Re: crowdfunding en mouvement perpétuel

Messagepar MariePaccou » Jeu Mar 07, 2013 10:09 am

Moi, je vais reprendre la caricature de J'y Got d'Agneau, parce qu'elle me fait bien rire:

Enfin bref 2 mondes que tout oppose : le diktat d'une commission dirigée par une bande d'artistes Russes qui parle le grec ancien avec des poils qui puent vs le joli monde de la communication où faut être beau, musclé et surtout très cool. Histoire de ne pas faire dans les clichés...


Pour ma part, il m'est arrivé que mes projets obtiennent une aide du CNC, arrivé aussi qu'ils soient retoqués, et je n'ai jamais été invitée à participer à une commission. D'autre part, j'ai aussi monté (et réussi) un projet de crowd-funding, pas pour un projet perso de cinéma, mais pour un projet collectif, associatif, de festival qui veut défendre "le film bricolé" dans une ville de 5000 habitants en Auvergne. C'était la première fois que je faisais appel au crowd-funding, je crois que je me suis lancée à l'aveuglette, en tâtonnant, ça a été compliqué, pour le crowd-funding aussi "l'expérience compte" (le réseau facebook aussi!!!)

La caricature de J'y Got d'Agneau est drôle parce qu'elle n'est pas complètement fausse. Mettre en page et imprimer en dix exemplaires un dossier du CNC, OU mettre en ligne et animer/alimenter une campagne de crowd-funding, ce sont deux exercices de communication qui demandent une réflexion et du savoir-faire. Il me semble effectivement que "les jeunes" (beaux, musclés, et très cool f:wink: ) s'en sortent mieux sur le deuxième exercice, et peut-être "les vieux" (qui parlent le grec ancien avec des poils qui puent f:J'en ris aux éclats !: ) sont plus habiles dans le premier.
Avatar de l’utilisateur
MariePaccou
grand fou, grande folle
 
Messages: 1104
Inscription: Sam Jan 30, 2010 1:25 pm
Film d'animation culte: Bird in the window

Re: crowdfunding en mouvement perpétuel

Messagepar anncaro » Jeu Mar 07, 2013 11:17 am

Ce fil de discussion dépasse en longueur et longueurs mes capacités de concentration... f:)
Juste un petit mot : ne pensez-vous pas que l'accumulation de clichés a des effets plus pervers qu'autre chose ? Je suis souvent étonnée de voir que le combat (ou juste la dénonciation) contre des formes de conservatisme se fait en employant des clichés qui eux-même ont la peau dure. Je vais pas lister tout ceux qu'on peut lire depuis le début de la conversation, mais il y en a des gratinés quand même.
Signé une vieille qui parle le grec ancien
Dernière édition par anncaro le Jeu Mar 07, 2013 1:07 pm, édité 1 fois.
"Si madame de Sévigné avait pris le métro, elle aurait peut-être raté sa correspondance."
Les frères ennemis
Avatar de l’utilisateur
anncaro
malade de la tête d'exception
 
Messages: 1543
Inscription: Ven Sep 30, 2005 8:14 am
Localisation: Hellemmes
Film d'animation culte: Ring of fire

Re: crowdfunding en mouvement perpétuel

Messagepar Olivier » Jeu Mar 07, 2013 11:52 am

Et pour le crowdfunding, C'est cool de soutenir les projets à échelle humaine. En fait ça me fait un peu penser à la politique avec une loi qui doit passer parce qu'elle est votée par des élus d'un gouvernement (vote avec lequel les français ne sont pas toujours d'accords même quand ils sont du bord du gouvernement en place).... ou un référendum quand on demande son avis à chaque français!!

Magnifique Hugo ! C'est ton chef d'oeuvre ! Et pourtant, moi qui découvre tout d'un coup, je dois dire que la matière était déjà riche jusque là.

Signé : un producteur qui a aidé des film d'auteurs pénibles au CNC, sélectionné et/ou récompensé des films d'auteurs irregardables pour des festivals et qui bien sur produit des films de vieux et jeunes auteurs chiants (le temps ne faisant rien à l'affaire selon Brassens...) et qui en plus a une prédilection pour les films et les auteurs d'Europe de l'Est !
Avatar de l’utilisateur
Olivier
petit fou, petite folle
 
Messages: 98
Inscription: Jeu Oct 05, 2006 1:33 pm
Localisation: Paris-Angoulême
Film d'animation culte: Le Hérisson russe et son pot de confiture...

Re: crowdfunding en mouvement perpétuel

Messagepar Lamartine » Jeu Mar 07, 2013 12:18 pm

C'est tout à fait normal qu'il y ait une relation de confiance qui se tisse entre un réalisateur et son producteur et j'ose espérer que le jour où j'aurais ton expérience, je pourrais moi aussi m'attendre non pas à pouvoir en vivre grassement mais plutôt à continuer d'en faire un... De temps en temps... Si possible... Aïe pas sur la tête!!


Vivre grassement du court métrage ?? :J'en ris aux éclats !: Pour en revenir au reste de tes propos, tu critiques un système auquel tu ne t'es finalement pas frotté si j'en m'en réfère à ce que tu écris. Commences par déposer un dossier au CNC au lieu d'éplucher les études comptables de l'aide au financement. Il me semble qu'il y a beaucoup de préjugés dans ton approche de ce type d'aide. Quant aux dossier mis online par le CNC, il sont le fait d'une initiative intéressante et généreuse visant justement à désinhiber les nouveaux arrivants dans le monde du court métrage quant à l'écriture de leur projet. A partir de là libre à toi de déposer un dossier ou non bien sur, mais s'il te plait ne parles pas de ce que tu ne connais pas. Si tu préfère faire appel aux machins qui taxes de la thunes aux particuliers pour réaliser tes films, libre à toi. Je considère pour ma part que ces machins (outre le fait d'avoir personnellement mieux à faire de ma thunes que de dépenser du fric en dehors de ma structure de production) donne un excellent prétexte à ceux qui remettent en cause le financement public de la culture et de l'art au profit du libre marché et du rendement. Tu as parfaitement le droit de te sentir à l'aise dans ce genre de système mais une fois de plus ne parles pas de ce que tu ne connais pas en invoquant des prétextes fallacieux du type ; les vieux ont le pouvoir et ne laisse pas de place aux jeunes. En plus d'être une réflexion puérile, c'est une analyse totalement erronée qui prouve bien que tu ne connais pas ce type d'organisme. Dernière chose : Mon expérience personnelle prouve à elle seule que sans pour autant venir du "sérail" (je n'avais pas des parents artistes, je n'ai pas fais d'études d'art, je ne connaissais personne dans le monde de l'animation et j'ai commencé à faire mon premier film à l'age de 32 ans) il y a de la place pour tout le monde dans le merveilleux monde du cinema d'animation ... :)

Juste un petit mot : ne pensez-vous pas que l'accumulation de clichés a des effets plus pervers qu'autre chose ?


"Accumulation de clichés", c'est le terme oui ! :J'en ris aux éclats !:
"J'ai 8404 projets de films... à écrire"

Charlie Mogier

Image
Avatar de l’utilisateur
Lamartine
brindezingue de haut niveau
 
Messages: 2991
Inscription: Mer Mai 26, 2004 5:30 pm
Localisation: Paris
Film d'animation culte: .....

Re: crowdfunding en mouvement perpétuel

Messagepar MariePaccou » Jeu Mar 07, 2013 12:53 pm

Vu que la réaction d'Anncaro semble répondre à mon dernier post vu sa signature, je tiens à préciser que ma contribution ne visait pas opposer les jeunes aux vieux, mais à donner le point de vue apparemment rare ici de quelqu'un qui a essayé avec succès les deux méthodes de financement, et à rassembler, au contraire, sur le fait qu'il y a autant de travail à fournir sur une recherche de financement CNC que sur une campagne de crowd-funding ("mendicité high-tech" étant à mon sens un sacré cliché), d'une nature différente, voilà tout. J'ai pas mal appris en galérant sur la campagne ULULE pour les Journées du Film Bricolé, je vois maintenant pourquoi certaines campagnes marchent mieux que d'autres, tiens celle que Quentin Vien a posté ici-même est un exemple bien conçu: beaucoup de making-of, un discours clair sur le projet et ses risques, des contreparties rigolotes et inventives comme proposer aux gens d'être des seconds rôles du film, une ouverture et une réponse aux questions des internautes, ça ne m'étonne donc pas qu'il aie atteint son objectif initial si vite.

La scénariothèque est une super initiative, j'ai donné mon accord à la productrice pour que le CNC mette en ligne le dossier d'Hubert l'homme aux bonbons, pourquoi il n'est pas encore sur le site du CNC, je ne sais pas, demandez à Dora... cela dit, vu qu'elle ne met pas le film en ligne, le dossier seul n'avancerait pas à grand-chose pour aider les jeunes qui veulent se lancer?

Mais du côté crowd-funding, la transparence est grande aussi, puisque les projets réussis restent en ligne, et peuvent servir d'exemples à ceux qui veulent se lancer.
Avatar de l’utilisateur
MariePaccou
grand fou, grande folle
 
Messages: 1104
Inscription: Sam Jan 30, 2010 1:25 pm
Film d'animation culte: Bird in the window

Re: crowdfunding en mouvement perpétuel

Messagepar anncaro » Jeu Mar 07, 2013 1:07 pm

MariePaccou a écrit:Vu que la réaction d'Anncaro semble répondre à mon dernier post vu sa signature

Non, ce n'était nullement une réponse, plutôt une constation sur l'ensemble de ce fil de discussion. f:J'en ris aux éclats !: J'ai écrit post, mais j'aurais dû écrire "fil de discussion", je corrige illico.
"Si madame de Sévigné avait pris le métro, elle aurait peut-être raté sa correspondance."
Les frères ennemis
Avatar de l’utilisateur
anncaro
malade de la tête d'exception
 
Messages: 1543
Inscription: Ven Sep 30, 2005 8:14 am
Localisation: Hellemmes
Film d'animation culte: Ring of fire

Re: crowdfunding en mouvement perpétuel

Messagepar blinkity » Jeu Mar 07, 2013 2:24 pm

muiye a écrit:C'est difficile pour moi d'imaginer qu'on puisse être contre le "crowdfunding". C'est un peu comme les émissions du type "nouvelle star", on donne une chance à des gens qui n'ont pas forcément les connexions d'entrer dans le métier. On vote pour eux, on leur file du blé pour les voir aboutir. Alors oui, tout ceux qui en sortent vainqueurs ne sont pas des artistes avec un univers singulier, qui apportent du neuf et qui soit autre chose que de bons interprètes. Mais s'il y a 0,005 % de chance qu'un seul soit repéré; alors cet infime pourcentage justifie à lui seul (et à mon sens) le bien fondé de ce procédé.


Comparer le crowdfunding à la nouvelle star c'est un peu dur . Dans le crowdfunding il n'y a pas les notions de spectacle et de rêve de gloire présentes dans la nouvelle star. C'est juste des passionnés qui cherchent un moyen de faire aboutir un projet perso.
Et en musique aussi certains passent par le crowdfunding plutôt que la télé.

muiye a écrit:Mais lorsqu'on veut faire un premier film d'animation, que ça nous démange au point de ne plus en dormir la nuit, et bien on se sort les doigts du c.. et on le fait tout seul


On est tous d'accord avec ça je pense. Mais pour un film qui va de toutes façons se faire, si le crowdfunding permet à un réal de louer du matos sans taper dans les 1000 euros qu'il a sur son livret A c'est bien.
Et c'est justement là le créneau du crowdfunding pour moi. Entre les films totalement amateurs (le brickfilm en miniDV) et ceux pro avec producteur, montage financier...


Je trouve aussi un peu dur de comparer le crowdfunding à une sorte de mendicité ou hightech mendicité. Lorsque je regarde un projet je fais vraiment attention aux contreparties. Sur un joli projet si pour 25 euros je n'ai qu'un accès au film sur viméo je ne soutiendrais pas le projet. Par contre si je peux avoir un dessin original je serais plus tenté de le faire.


rvdboom a écrit:Et en l'occurence, le CNC aide beaucoup de premiers films (je ne me souviens plus avec exactitude du chiffre, mais il me semble que cela représente un quart des courts-métrages aidés). Et rembarre aussi des auteurs, aidés pourtant plusieurs fois dans le passé, on en sait quelque chose.


Du coup vous faites quoi des projets qui ne sont pas acceptés par le CNC ? Vous les mettez dans un tiroir ou vous cherchez des financements ailleurs ?
blinkity
petit fou, petite folle
 
Messages: 125
Inscription: Mer Mai 02, 2007 7:12 am
Localisation: Aubervilliers
Film d'animation culte: Mary et Max

Re: crowdfunding en mouvement perpétuel

Messagepar muiye » Jeu Mar 07, 2013 3:15 pm

La comparaison avec la nouvelle star emprunte certes des raccourcis mais c'est une histoire d'échelle. Il y a quelques similitudes dans le fait de faire participer des gens financièrement à l'accomplissement d'un autre et à compter sur la générosité de tout un chacun. Au moins dans le "crowdfunding" l'auteur est directement connecté au participants. Cette proximité est certainement enthousiasmante pour les 2 partis. Au risque de me répéter, je ne suis contre ce système.

Je ne compare pas directement le crowdfunding à de la mendicité. Tout est subjectif. On ne mendie que lorsqu'on a conscience de mendier. Dans mon cas, faire cette démarche me laisserai une désagréable impression de quémander quelque chose. Mais bon si chacun y trouve son compte.
Malgré tout, je ne peux m'empêcher de penser à certaines dérives. Si des films déjà chichement financés font appel à ce système, comme le dis Lamartine, c'est le risque de voir l'Etat se désengager progressivement de son action culturelle et on payera pas moins d'impôts pour autant.
Avatar de l’utilisateur
muiye
grand fou, grande folle
 
Messages: 1209
Inscription: Jeu Avr 14, 2005 10:09 am
Localisation: paris/banlieue
Film d'animation culte: Candy-boy

Re: crowdfunding en mouvement perpétuel

Messagepar claires » Jeu Mar 07, 2013 4:29 pm

qu'il y a autant de travail à fournir sur une recherche de financement CNC que sur une campagne de crowd-funding


Ouep tout à fait d'accord ! Après avoir suivi plusieurs projets de crowd-funding, il est sûr et certain que les deux sont des exercices différents mais qui demandent beaucoup de travail de communication.

Et puis il y a aussi des auteurs dont la démarche ne parlera ni aux commissions du CNC ni au crowd-funding. Il y a des façons d'imaginer un film qui passe difficilement par l'écrit, alors il faut tenter des résidences ou autres ! Il faut essayer de trouver le biai par lequel chaque projet peut-être financer et ça, ça dépend du projet, de son auteur et de sa démarche. Il faut une certaine ténacité. Puis comme le dit Muiye, si le projet n'a pas eu d'argent et qu'il tient tant que ça à cœur alors il faut foncer tout seul. Les commissions ne sont pas là pour dicter que tel projet doit se faire ou pas. Même si ça fait jamais plaisir ou perdre confiance de se faire rembarrer, il faut y aller. C'est en faisant qu'on avance !
Avatar de l’utilisateur
claires
jeune névrosé(e)
 
Messages: 36
Inscription: Ven Déc 02, 2011 10:08 am
Localisation: paris
Film d'animation culte: Le hérisson dans le brouillard

Re: crowdfunding en mouvement perpétuel

Messagepar Jacky Chong » Jeu Mar 07, 2013 4:34 pm

C'est marrant, je lisais un article sur le système de subventions pour le cinéma britannique, elles viendraient en quasi totalité de la loterie nationale... ce qui me fait penser à une sorte de crowdfunding détourné... :)
http://www.la-croix.com/Culture/Actualite/Le-gouvernement-britannique-favorise-les-films-grand-public-_NG_-2012-01-17-758792
Image
Avatar de l’utilisateur
Jacky Chong
malade de la tête d'exception
 
Messages: 1917
Inscription: Mar Juil 04, 2006 11:22 pm
Localisation: Bayonne
Film d'animation culte: Princesse Stéréonoké

Re: crowdfunding en mouvement perpétuel

Messagepar Hugo » Jeu Mar 07, 2013 4:44 pm

Même si ça fait jamais plaisir ou perdre confiance de se faire rembarrer, il faut y aller. C'est en faisant qu'on avance !

Au début, il faut faire ses preuves, jouer des coudes, montrer qu'on arrive au bout d'un projet. Si le film trouve un écho (d'une manière ou d'une autre) alors peut-être que le film suivant sera plus facile à monter. C'est la règle du jeu.

Ouais c'est comme ça que j'ai abordé le problème. Alors effectivement j'ai sûrement fait des raccourcis un peu faciles et j'ai certains préjugés qui restent tenaces. C'est juste qu'en regardant autour de moi... Parfois j'ai du mal à trouver des réponses à mes questions.
En tout cas merci à ceux qui m'ont éclairé sur certains sujets qui m'apparaissaient un peu flous (pour certains une manière moins véhémente aurait été tout aussi efficace) et j'espère que comme le dit Muiye, le film aura juste ce qu'il faut d’écho pour que les portes s'ouvrent un peu plus facilement pour un prochain projet...
Je m'en vais de ce pas télécharger les dossiers que le CNC met à disposition ;)
Avatar de l’utilisateur
Hugo
jeune névrosé(e)
 
Messages: 33
Inscription: Ven Oct 01, 2010 2:00 pm
Localisation: Paris
Film d'animation culte: Rat-a-too-e

Messagepar rvdboom » Jeu Mar 07, 2013 4:55 pm

MariePaccou a écrit:sur le fait qu'il y a autant de travail à fournir sur une recherche de financement CNC que sur une campagne de crowd-funding ("mendicité high-tech" étant à mon sens un sacré cliché), d'une nature différente

Je suis assez d'accord, surtout si on veut vraiment que ça marche. Car au fond, faut pas se leurrer, ces sites de financement vont doucement se remplir de projets qui se font là aussi concurrence et certains types de films ne se feront jamais aider par cette approche.

blinkity a écrit:Du coup vous faites quoi des projets qui ne sont pas acceptés par le CNC ? Vous les mettez dans un tiroir ou vous cherchez des financements ailleurs ?

Ca dépend du projet. Un film simple de moins de 6-7 minutes, on peut essayer de le monter avec seulement une aide régionale et une TV, si une d'elles se montre intéressée malgré le fait que tu n'ais pas eu le CNC. Ou avec une co-production internationale (Belgique, ONF, etc.).
Mais au delà de ça, c'est pas possible de monter un projet de ce type tout en restant dans les clous légalement parlant (temps de travail, salaires, etc). Dans ce cas, on laisse tomber.
Le prédicateur fou
Avatar de l’utilisateur
rvdboom
brindezingue de haut niveau
 
Messages: 2275
Inscription: Mar Aoû 31, 2004 10:02 pm
Localisation: Paris

Re: crowdfunding en mouvement perpétuel

Messagepar Jacky Chong » Jeu Mar 07, 2013 5:32 pm

Image
(je sens que je vais me faire lyncher ! :) )
Image
Avatar de l’utilisateur
Jacky Chong
malade de la tête d'exception
 
Messages: 1917
Inscription: Mar Juil 04, 2006 11:22 pm
Localisation: Bayonne
Film d'animation culte: Princesse Stéréonoké

Re: crowdfunding en mouvement perpétuel

Messagepar Bigbengib » Jeu Mar 07, 2013 10:02 pm

C'est une discussion pleine d'intérêt, un peu difficile à suivre avec les quelques digressions sur ce qui est du cinéma d'auteur ou pas et si le CNC est gentil ou méchant (même si c'est intéressant).

Je ne peux m'empêcher d'apporter mon grain de sel à cette grande salière, car ayant fait financer très récemment mon dernier court via Ulule (financement auquel pas mal de fous ont participé...), je me sens assez concerné. Comme tout a été dit, je vais juste raconter mon expérience pour rebondir sur certaines remarques.

D'abord, ça faisait des années que je pensais à ce film. Pendant à peu près 3 ans j'ai tourné en rond, avancé, reculé, réfléchi, mûri l'idée... Parallèlement j'ai essayé d'obtenir quelques aides mais sans succès. Certaines aides auxquelles je croyais me sont passées sous le nez. Je pense par exemple à cette aide aux projets cross-media à Annecy : mon projet initial prévoyait une application mobile et un site Internet en plus du film, tous 3 spécifiques et complémentaires, pour créer une œuvre inédite et ouverte vers les autres, un vrai projet cross-media cohérent, quoi. J'ai travaillé des mois sur ce concept et plusieurs semaines pour ficeler un dossier complet. Au final, sur 8 projets présentés pour cette aide, 4 ont été retenus (50%), mais pas le mien. Idem pour d'autres aides. Dans le meilleur des cas, j'ai eu un courrier type et très sobre pour me signifier le refus, dans les autres cas, rien du tout. Je ne remets pas en cause le principe d'attribution de ces aides, d'autres projets méritaient sans doute plus d'être aidés, et le fait d'être seul ne joue évidemment pas en ma faveur. C'est juste vraiment décourageant quand on se bat seul pour mener à bien un projet auquel on croit.

A partir de ce constat, je n'avais pas d'autre choix que de me débrouiller autrement, repenser le truc. J'ai abandonné (peut-être provisoirement ?) les deux autres volets du projet, pour me concentrer sur le court métrage que je voulais absolument mener à bien. Ne parvenant pas à dégager suffisamment de temps pour m'y consacrer pleinement, j'ai vu dans le crowdfunding le coup de pouce nécessaire pour m'y remettre et le terminer. J'ai créé une page sur le site Ulule et j'ai demandé 3000 €, une somme symbolique puisqu'il me restait des mois de travail, mais c'est justement le symbole qui compte dans cette démarche, et c'est là que je veux en venir.

En effet, plus que l'aspect financier, ce qui m'a vraiment aidé c'est le fait que des gens, parfois des inconnus, s'intéressent au film au point de verser une contribution pour l'aider à voir le jour. Je suis sûr que ce sentiment est commun à la plupart des porteurs de projets. Le crowdfunding permet aux projets comme le mien d'être littéralement "portés", un peu comme les cyclistes qui arrivent en vue du col du Galibier et qui galvanisés par le public en délire reprennent courage pour parcourir les derniers mètres qui les séparent du sommet :D Et franchement, ça a compté autant que l'argent versé, peut-être même plus. Sans parler du fait qu'on se sent alors redevable auprès de ces gens, et donc contraint d'aller au bout.

Alors oui, c'est sûr, c'est délicat de demander des sous. De là à parler de "mendicité"... le terme est pour le moins inapproprié ! Je serais donc un mendiant, avec toutes les tristes images que ce mot véhicule ? J'ose espérer que c'est la qualité d'un projet qui motive les contributeurs, avec comme perspective la satisfaction de se dire qu'on a participé à quelque chose auquel on croit. J'espère que ceux qui ont aidé mon film n'ont pas eu l'impression de me faire l'aumône, ce qui serait bien décevant. Pour ma part j'ai aussi aidé plusieurs projets et continuerai à le faire, juste parce que je veux les voir se concrétiser !

Partant de là, j'aimerais bien comprendre ce qui différencie ce procédé de l'obtention d'une aide du CNC ou d'une région. En quoi se faire aider par le CNC est-il différent de se faire aider par des particuliers (je parle du procédé, pas des sommes en jeu ni de l'ampleur des projets ou leur qualité) ? Le CNC a-t-il un objectif plus noble que ceux qui soutiennent des projets sur Ulule ? Attend-il des contreparties financières, donne-t-il dans le but de récupérer sa mise ? Son objectif n'est-il pas juste d'aider des projets qui valent le coup ? Du point de vue du demandeur, maintenant : une prod qui dépose un dossier au CNC, le fait bien afin de toucher de l'argent pour réaliser son film, non ? Est-ce que ceux qui parmi vous ont défendu un dossier au CNC ont eu l'impression d'aller mendier ? Ça m'étonnerait. Pourtant c'est la même chose, (toutes proportions gardées) : susciter un intérêt d'ordre artistique (ou autre) suffisamment grand pour convaincre de mettre la main à la poche. Mendier c'est susciter de la pitié sans rien offrir en retour. Il faut quand même faire attention aux mots qu'on emploie, non ?

Enfin je suis persuadé que le crowdfunding, loin d'être la poubelle des projets qui n'ont pas vu le jour par les circuits classiques, représente juste un moyen différent d'arriver à ses fins, et tout aussi légitime. D'une part pour aider à concrétiser des idées nouvelles, surprenantes, qui n'auraient jamais été financées autrement, et d'autre part parce que le crowdfunding "marque" un projet. Ça, c'est sans doute un aspect qu'on ne retrouve pas dans d'autres modes de financement. Le fait qu'on soit dans une relation plus "humaine", plus affective, avec moins de distance. Ça change non seulement la façon dont est réalisé le projet, mais aussi la manière dont il vit une fois réalisé. Pour en revenir à mon film, cette participation collective a beaucoup changé mon approche. Au départ très personnelle, l'histoire s'est ouverte sur les autres. Je considère qu'en l'aidant les gens se le sont un peu appropriés et que le film leur appartient aussi. J'espère qu'on le ressent en le visionnant.
Avatar de l’utilisateur
Bigbengib
grand fou, grande folle
 
Messages: 1302
Inscription: Ven Mar 26, 2004 8:39 pm
Localisation: Paris
Film d'animation culte: Mon culte sur la commode

Re: crowdfunding en mouvement perpétuel

Messagepar » Jeu Mar 07, 2013 10:45 pm

Nan, mendier n'est pas nécessairement inspirer de la pitié même si ça aide probablement à déclencher le geste de charité. Mais c'est effectivement demander de l'argent contre rien. En soi ça n'a rien de choquant même si le levier du système était que celui qui donnait avait le sentiment de travailler pour le salut de son âme avec une action déductible de quelques années de purgatoire.
Je m'excuse d'avoir utilisé le terme qui n'a aucun sens infamant ni indigne dans mon esprit. Mon sentiment n'était pas de choquer mais de qualifier un système d'actionnariat à bénéfice infime.
Donner de l'argent en crowdsourcing pour faire un film c'est financer une infime partie d'un projet, ça a une dimension modeste, pour un bénéfice plus modeste encore : voir le film en question. X mn de plaisir, de poésie ou simplement d'intérêt. Pas beaucoup plus.
Avant on recevait les films comme ils venaient et se produisaient, là on a l'illusion de participer mais ça n'est qu'une illusion. Ça n'est que du fric. C'est pour ça que j'ai utilisé le terme de mendicité. J'aurai pu dire taper les potes, racketter les nantis, fouiller derrière les coussins du canapé ou garder la monnaie du pain...

Mais je ne sais pas c'est une fois de plus mon coté pessimiste, je vois tout les systèmes avec un oeil critique, alors que je suis le premier à m'enthousiasmer et participer...

Au passage je trouve le système Kickstarter vachement efficace, leur lien avec Amazon permet de payer d'un clic. J'ai testé sur le projet de Signe Bauman et c'est vraiment simple (pour qui utilise Amazon bien sur)...
"Quand la raie manta, son nez s'allongit."

Les fourmis n'aiment pas le Flamenco, Auguste Derrière, Ed. Le Castor Astral
Avatar de l’utilisateur
Aide soignant
 
Messages: 4748
Inscription: Mar Fév 18, 2003 1:43 pm
Localisation: Lille-F
Film d'animation culte: Chicken Scratch

Re: crowdfunding en mouvement perpétuel

Messagepar Bigbengib » Jeu Mar 07, 2013 11:43 pm

cé a écrit:Mais je ne sais pas c'est une fois de plus mon coté pessimiste, je vois tout les systèmes avec un oeil critique, alors que je suis le premier à m'enthousiasmer et participer...


Je le sais bien :wink: c'est pourquoi j'avais spontanément compris ton message comme un discours "vigilant" plutôt que désabusé. Mais j'ai trouvé que le terme "mendicité" assumé et repris par beaucoup est vraiment inexact, ou alors applicable à toute forme de demande d'aide financière sans retour sur investissement.

Concernant "l'illusion" de participer... Encore une fois je suis persuadé que le crowdfunding ce n'est pas qu'une question d'argent, mais aussi une petite aventure humaine. Sans doute plus ou moins réelle et sincère selon les projets, mais quand même. Tous ceux qui ont participé à mon film y ont laissé une marque certes difficilement explicable et visible mais bien présente et au moins aussi importante que leurs espèces sonnantes et trébuchantes. Je n'irai pas jusqu'à dire que l'argent est secondaire :D mais pas loin, en fait.
Avatar de l’utilisateur
Bigbengib
grand fou, grande folle
 
Messages: 1302
Inscription: Ven Mar 26, 2004 8:39 pm
Localisation: Paris
Film d'animation culte: Mon culte sur la commode

Re: crowdfunding en mouvement perpétuel

Messagepar SUKI » Ven Mar 08, 2013 12:33 am

Un autre témoignage d'un "donateur", pour avoir participer modestement à l'aventure de Bigben et à celle d'une amie qui a pu sortir son 1er album (http://www.machagharibian.com, je vous invite au passage à découvrir son univers musicale, juste sublime), ce n'est pas parce que je les connaissais que j'ai participé mais parce que leur projet m'ont touché et plut, et que j'avais les moyens de participer au moment donné (à d'autres moments je n'avais pas les moyens pour d'autres projets), sans rien attendre d'autre en retour que de lire leur joie de pouvoir aller au bout de leur projet... et surtout pas le fait que le jour où je me lance dans une telle aventure ils doivent participer à leur tour... je trouve d'ailleurs dommage de manière générale que certaines personnes ne soient généreuses que par intérêt, mais ça, comme disait Conan, c'est une autre histoire...
Image
Avatar de l’utilisateur
SUKI
malade de la tête d'exception
 
Messages: 1925
Inscription: Lun Juil 14, 2003 3:49 pm
Localisation: Paris
Film d'animation culte: -----

Re: crowdfunding en mouvement perpétuel

Messagepar muiye » Ven Mar 08, 2013 8:10 am

Merci Bigbengib pour ce témoignage tout en délicatesse. ça fait du bien. Je conçoit aisément que les termes employés aient fait réagir. C'est aussi le but de ce forum.
Ton expérience prouve à quel point tu étais motivé et surtout déterminé à faire ton film. tu as trouvé une solution, le film est fait et réussi, bravo. Mais devant l'enthousiasme généré par le crowdfunding, il n'est pas inintéressant de se poser certaines questions. C'est toujours bon de prendre un peu de recul.

Bigbengib a écrit:En quoi se faire aider par le CNC est-il différent de se faire aider par des particuliers

La différence est énorme. Le donateur n'est pas celui qui prend la décision "artistique" ou "éditoriale" d'aider tel ou tel projet. L'auteur n'a pas vraiment de compte à rendre (si ce n'est la pression qu'il s'inflige lui-même), la peur de décevoir, une pression consensuelle...selon le profil, ça peut avoir un impact. La séparation est claire. C'est parfois le seul moyen pour un auteur de conserver un rapport "saint" par rapport son film. Tu l'as dit toi même, le crowdfunding a influencé ton film. Je dis pas que c'est mal, attention, mais ton film aurait été différent. C'est déjà suffisamment dur en tant qu'auteur de conserver une ligne personnelle, il peut y avoir des risques à se perdre un peu à force de penser aux autres.

Je ne souhaite pas étayer davantage la discussion car comme je l'ai déjà dit ce n'est pas un combat "pour" ou "contre" le crowdfunding. Le partage des expériences de chacun est très intéressant. Qui sait, peut-être qu'un jour j'irai enfin m'inscrire sur facebook/twitter et Cie, que je commencerai à me faire des potes sur le net et à buzzer dans un forum. Sachez alors, et je préfère être franc, que ça sera dans le seul but de financer un film.
Avatar de l’utilisateur
muiye
grand fou, grande folle
 
Messages: 1209
Inscription: Jeu Avr 14, 2005 10:09 am
Localisation: paris/banlieue
Film d'animation culte: Candy-boy

Re: crowdfunding en mouvement perpétuel

Messagepar Bigbengib » Ven Mar 08, 2013 9:05 am

Suki : je partage totalement ton point de vue, c'est aussi dans la même optique que j'ai participé à certains projets, et j'espère que ceux qui ont participé au mien avaient tous cet état d'esprit !

Muiye : attention, moi non plus je ne cherche absolument pas à opposer aides classiques et crowdfunding, je ne cherche pas non plus à dire que c'est la même chose, ma comparaison était juste pour souligner qu'à chaque fois le principe est de demander des sous, et que ce n'est pas plus malsain dans un cas que dans l'autre :)

Mais je te rejoins complètement sur le fait que la comparaison s'arrête là, et que d'autres différences se font sentir. Je dirais "tant mieux" justement, enfin c'est mon point de vue. Je suis content que mon film porte cette empreinte (même si ce n'est pas hyper évident à voir car personne ne sait ce qu'aurait été le film autrement), je l'assume et le revendique. Je pense que certains projets sont plus enclins à être financés dans cette voie, et d'autres non. D'où la polémique autour de La vie sans truc...
Avatar de l’utilisateur
Bigbengib
grand fou, grande folle
 
Messages: 1302
Inscription: Ven Mar 26, 2004 8:39 pm
Localisation: Paris
Film d'animation culte: Mon culte sur la commode

Re: crowdfunding en mouvement perpétuel

Messagepar muiye » Ven Mar 08, 2013 9:21 am

Bigbengib a écrit:Je pense que certains projets sont plus enclins à être financés dans cette voie, et d'autres non. D'où la polémique autour de La vie sans truc...

Voilà une très bonne synthèse.
Avatar de l’utilisateur
muiye
grand fou, grande folle
 
Messages: 1209
Inscription: Jeu Avr 14, 2005 10:09 am
Localisation: paris/banlieue
Film d'animation culte: Candy-boy

Re: crowdfunding en mouvement perpétuel

Messagepar Jacky Chong » Ven Mar 08, 2013 1:08 pm

Bigbengib a écrit:Je pense que certains projets sont plus enclins à être financés dans cette voie, et d'autres non. D'où la polémique autour de La vie sans truc...

Oui je rejoins cette idée, n'empêche que le terme "mendicité high-tech" de cé m'a personnellement bien fait rire car un peu caustique ("mendicité" et "high-tech" sont assez opposés) ; ça fait du bien dans ce monde où tout le monde est "ami" avec tout le monde, et où le financement participatif est tant à la mode. Quand même, pour certains projets, je trouve que c'est carrément du rackett déguisé ; quand on prend "The Goon" des studio Blur et qu'on sait ils ont amassé 445.000 $, je pense que le terme aventure humaine n'est plus du tout adapté (il faut vraiment être fan pour donner à des gros studios comme celui-ci...) ; enfin pourquoi pas, si on est très très fan, mais je trouve ça quand même chié de leur part de les taper, sous prétextes que sans eux ils ne feraient pas un film comme celui-ci. Prise de risque pour eux, zéro. Au pire, ils déçoivent leurs donateurs (je ne dis pas qu'ils ne feront pas de leur mieux, mais c'est quand même un peu facile...).
En revanche pour des petits projets, qui effectivement ont besoin de soutien financier a un moment donné c'est pas mal ; j'ai déjà donné aussi...
Malgré tout, j'ai quand même du mal a croire à cette histoire d'aventure humaine a partir du moment où il y a des sous en jeux et qu'en plus ceux qui participent on ne les connais pas ou peu.
Pour plusieurs raisons, j'ai toujours "financé" mes projets artistiques seul (anim, bd) ou a très peu de personnes (pour les projets musicaux.)
D'abord, je trouve que ça met des contraintes intéressantes de temps puisque le budget est serré (si on est plutôt pauvre comme moi), on va donc a l'essentiel ; il faut éviter de se gaufrer, et ce qui est sûr, il ne faut pas flemmarder. Alors évidemment ça veut pas dire qu'on va pas se louper au final, et que "l'oeuvre" va être géniale, mais au moins, on aura mis toute son énergie et tout ce qu'on a pour faire du mieux possible avec les moyens qu'on a. Ensuite, je pense que le fait de s'autofinancer ça a aussi l'avantage de rester le plus possible maître à bord, ce qui est pour moi essentiel.
Personnellement, je pense que ça me ferait stresser d'être redevable de divers donateurs que je ne connais pas, je me dirais qu'il faut que j'assure absolument, ce qui en phase de créativité pourrait complètement me bloquer (mais c'est très personnel).
En même temps comme j'ai jamais essayé, je pense que ça peut-être une expérience intéressante... Un jour peut-être...
Image
Avatar de l’utilisateur
Jacky Chong
malade de la tête d'exception
 
Messages: 1917
Inscription: Mar Juil 04, 2006 11:22 pm
Localisation: Bayonne
Film d'animation culte: Princesse Stéréonoké

Re: crowdfunding en mouvement perpétuel

Messagepar Bigbengib » Ven Mar 08, 2013 1:24 pm

C'est marrant ce que tu dis parce que je peux appliquer à peu près tous tes arguments à mon propre cas, mais à l'envers :D

Par exemple je trouve que c'est justement le fait que des inconnus donnent de l'argent parce qu'un projet leur plait qui en fait une aventure humaine : ils ne le font pas par intérêt autre que celui qu'ils trouvent au projet. Ensuite, c'est précisément le fait qu'il y ait eu des donateurs sur mon film qui m'a obligé à avancer une bonne fois pour toutes, créant alors une contrainte de temps salutaire alors qu'avant je tournais en rond. Je trouve enfin que le mérite du crowdfunding c'est justement de rester seul maître à bord, les participants adhèrent au projet tel qu'il est sans y intervenir outre mesure. Par contre, je te rejoins dans le fait que ça peut mettre une certaine pression, à cause de ce sentiment d'être redevable de quelque chose. Mais en ce qui me concerne, cette pression m'aide justement à avancer plutôt que de me bloquer.

Pour conclure, je dirais donc que non seulement certains projets se prêtent plus que d'autres au crowdfunding, mais peut-être que ça dépend également du porteur de projet et de son état d'esprit.

A mon avis, toute cette question fait débat parce qu'il y a de l'argent au milieu. Et comme l'argent pervertit souvent les relations humaines, c'est difficile de faire abstraction de ce côté financier (d'autant plus qu'il est au coeur du principe) pour envisager l'aspect humain du concept.
Avatar de l’utilisateur
Bigbengib
grand fou, grande folle
 
Messages: 1302
Inscription: Ven Mar 26, 2004 8:39 pm
Localisation: Paris
Film d'animation culte: Mon culte sur la commode

Re: crowdfunding en mouvement perpétuel

Messagepar Jacky Chong » Ven Mar 08, 2013 1:38 pm

Bigbengib a écrit:C'est marrant ce que tu dis parce que je peux appliquer à peu près tous tes arguments à mon propre cas, mais à l'envers :D

:J'en ris aux éclats !:
Oui, tout ça est bien subjectif, on est d'accord... :)

Bigbengib a écrit:Pour conclure, je dirais donc que non seulement certains projets se prêtent plus que d'autres au crowdfunding, mais peut-être que ça dépend également du porteur de projet et de son état d'esprit.
A mon avis, toute cette question fait débat parce qu'il y a de l'argent au milieu. Et comme l'argent pervertit souvent les relations humaines, c'est difficile de faire abstraction de ce côté financier (d'autant plus qu'il est au coeur du principe) pour envisager l'aspect humain du concept.

Oui, complétement.
Peut-être qu'il faudrait faire un nouveau système de Crowdhelping ou "d'aide morale participative" ; là y'aurait plus de polémique... :) (encore que...)
(Oua l'aut' il a soutenu moralement ce projet, non mais franchement, y'en a qui manque pas d'air, demander autant d'aide morale pour faire un film, faut vraiment être dépressif... non mais attend, y'a des psy !)
Image
Avatar de l’utilisateur
Jacky Chong
malade de la tête d'exception
 
Messages: 1917
Inscription: Mar Juil 04, 2006 11:22 pm
Localisation: Bayonne
Film d'animation culte: Princesse Stéréonoké

PrécédenteSuivante

Retourner vers A propos des news

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité