Le site www.fousdanim.org n’est plus mis à jour depuis le 10 juillet 2015. Les outils de recherche sont toujours actifs mais nous vous invitons à aller ailleurs pour trouver des lieux plus vivants dédiés au cinéma d’animation.

crowdfunding en mouvement perpétuel

Une réaction, une rectification, une confirmation ou un autre truc en -ion sur les news postées sur le site ou ailleurs... n'hésitez pas a ajouter votre grain de sel.

Modérateur:

Re: crowdfunding en mouvement perpétuel

Messagepar zac » Mar Mar 05, 2013 3:43 pm

Hugo a écrit:......
Clairement, en France, je m'étais renseigné et tous les ans, les aides à la création pour les court-métrages d'animation sont attribuées aux même sociétés parmis lesquelles je ne citerai que Lardux. A ce niveau là je ne parle pas de copinage car il y a un système de points pré établi qui permet aux sociétés ayant fait un film grâce à l'aide du CNC d'avoir automatiquement des aides pour un prochain film. (je vulgarise mais en gros c'est ça)

C'est bien dans un sens de permettre à ces sociétés de continuer de faire des films et de vraiment se reposer sur une économie de court-métrage (qui existe tout de même!!) et d'un autre côté, ça laisse moins de place aux autres sociétés qui voudraient mettre le pied à l'étrier.
C'est pourquoi le fameux cas de lardux qui demande aux internautes de financer le reste d'un projet qui était parti à la base pour faire 11 min n'est pas vraiment recevable car ils sont déjà prioritaires sur tous les autres pour avoir des aides chez le CNC. C'est un bon moyen pour les sociétés de botter en touche et d'arrondir les angles en mettant un peu de beurre dans les épinards.

......


Hum, tant qu'à poster des "pavés"... tu devrais faire attention à ce que tu écris quand tu parles de prod "prioritaires"... et à ne pas "vulgariser" comme tu dis.
Le système de points que tu cites n'a absolument rien à voir avec les aides sélectives du court métrage, et Lardux, comme les autres, ne fait pas l'objet de "copinages" ni d'une quelconque priorité (pour reprendre tes termes).
Je te conseille de te renseigner sur le fonctionnement du CNC avant d'écrire des choses pareilles... d'autant que les infos sont faciles à trouver.
Avatar de l’utilisateur
zac
respectable zinzin
 
Messages: 847
Inscription: Mar Déc 27, 2005 10:05 pm
Localisation: Iles sous le vent
Film d'animation culte: Tex Avery's "Rock-a-bye-bear"

Re: crowdfunding en mouvement perpétuel

Messagepar Lamartine » Mar Mar 05, 2013 4:50 pm

Le système de points que tu cites n'a absolument rien à voir avec les aides sélectives du court métrage, et Lardux, comme les autres, ne fait pas l'objet de "copinages" ni d'une quelconque priorité (pour reprendre tes termes).


Tout à fait. Le système dont tu parles Hugo, celui de l'aide au programme (à ne pas confondre avec l'aide à la réalisation, contribution financière), nécessite un certain nombre de points répartis selon des critères assez complexes (diffusions télé, sélections et prix en festivals, ...). Il n'est par essence pas acquis d'avance pour les sociétés de productions qui en font la demande. Je trouve un peu léger que tu affirmes de telles choses, qui outre le fait d'être fausses, peuvent prêter à confusion.
"J'ai 8404 projets de films... à écrire"

Charlie Mogier

Image
Avatar de l’utilisateur
Lamartine
brindezingue de haut niveau
 
Messages: 2991
Inscription: Mer Mai 26, 2004 5:30 pm
Localisation: Paris
Film d'animation culte: .....

Re: crowdfunding en mouvement perpétuel

Messagepar Hugo » Mar Mar 05, 2013 5:24 pm

Ok pardonnez moi si j'ai un peu trop vulgariser et tenu des propos qui peuvent prêter à confusion.

Le fait est qu'il y a certaines société de production qui remportent chaque année "l'aide selective avant la réalisation" (pour être on ne peu plus précis) et que ce sont toujours les mêmes.
Alors c'est très bien que ces sociétés puissent vivre de l'économie du court-métrage, mais j'attends un argumentaire qui me prouvera que n'importe quelle autre société qui voudrait se mettre à faire du court-métrage, ou même d'en produire un ponctuellement, a autant de chance qu'une de ces société d'obtenir ce genre d'aide. (D'autant plus que je crois que savoir que ces mêmes sociétés ont des réalisateurs plus ou moins attitrés et que certaines tournent avec les mêmes depuis plusieurs années sans forcément chercher à dénicher le jeune auteur qui aura quelque chose à raconter.)
A la base ok c'est sûrement vrai, mais dans la réalité, les rapports parlent d'eux mêmes. Ce qui voudrait dire que ces sociétés présentent des réalisateurs qui sont les seuls à avoir des idées de court-métrage géniales et qu'elles sont les seules à savoir remplir un dossier...

Si je tiens ce discours, c'est que je me suis moi même frotté à ce genre de recherche financière et pour m'être fait jeté comme un malpropre, je me pose encore la question aujourd'hui de "pourquoi eux tous les ans et pas moi juste une fois?"

Je suis ouvert au débat et je ne demande pas mieux que d' avoir des éléments de réponse.
Avatar de l’utilisateur
Hugo
jeune névrosé(e)
 
Messages: 33
Inscription: Ven Oct 01, 2010 2:00 pm
Localisation: Paris
Film d'animation culte: Rat-a-too-e

Messagepar rvdboom » Mar Mar 05, 2013 5:56 pm

Déjà, il faut savoir que l'aide sélective ne peut être touchée que par une société de production. Donc, un auteur a deux options :
1/ Soit il trouve la société avant et présente avec elle
2/ Soit il présente en tant qu'auteur et trouvera une société de production seul

Selon le CNC, il y a 4 ou 5 films aidés en contribution financière chaque année dont les dossiers ont été déposés en tant qu'auteur. Les autres le sont par des sociétés de production.
Les commissions ne jugent que le projet et pas l'origine. Elles savent parfaitement qu'un projet aidé trouvera un producteur et il n'y a pas de favoritisme autant qu'on ait pu l'observer (je connais plusieurs personnes ayant participé à ces comités).
Il faut avoir conscience que :

1/ 4% des dossiers déposés au CNC sont aidés, si mon souvenir est bon.
2/ Il n'y a pas 100000 manières de financer un court-métrage et les réalisateurs expérimentés n'ont pas tellement le choix que de demander ces aides, comme tout le monde. S'ils sont préférés, ça peut être une forme de favoritisme, mais aussi ça peut aussi être dû au fait qu'ils construisent mieux leurs projets et savent les rendre plus attractifs car ils ont plus de métier.
3/ Pas mal de producteurs passent beaucoup de temps à chercher de jeunes auteurs, contrairement à ce que tu peux penser (bon, pas forcément nous mais c'est un autre problème), mais forcément, ils ont tendance à ne garder que ceux qui ressortent le plus à leurs yeux.
4/ Le CNC finance le film d'auteurs. Tout dossier du type film de genre faisant appel à des clichés sera systématiquement rembarré.

En bref, beaucoup d'appelés, peu d'élus et non, tous les projets ne se valent pas.
Le prédicateur fou
Avatar de l’utilisateur
rvdboom
brindezingue de haut niveau
 
Messages: 2275
Inscription: Mar Aoû 31, 2004 10:02 pm
Localisation: Paris

Re: crowdfunding en mouvement perpétuel

Messagepar Hugo » Mar Mar 05, 2013 6:20 pm

Le 4e argument sera celui que je retiendrai. J'avais remarqué aussi que la plupart des films financés étaient toujours des films dits "d'auteur".
Je trouve ça vraiment très rétrograde de ne se pencher que sur des projets qui présentent une toxicomane russe qui a subi une ablation des bras et qui voulait devenir une grande pianiste ou d'un SDF se baladant dans les rues de cracovie pendant la 2e guerre mondiale, de nuit, et seul...seul.. définitivement seul.
Je ne veux pas me montrer trop péjoratif envers le film d'auteur mais j'estime que la plupart mériteraient un bon coup de dépoussiérage. Après je ne suis peu être qu'un jeune fou qui n'a pas encore la maturité de "l'auteur français" mais ça me fait mal de me dire que le CNC écarterait d'emblé un Geri's game ou un Presto de Pixar sous prétexte que ce sont des films un peu cartoon sans vrai fond d'auteur.

Pour me retrouver à m'endormir quasiment à chaque projection d'Annecy tous les ans, je soulève peut-être un problème épineux mais il est clair que la plupart des films d'auteur donnés à voir sont des films faits par l'auteur et pour l'auteur (et éventuellement un public très restreint d'inconditionnels). D'un côté on pourra voir ça comme une exception française à conserver pour lutter contre l'envahissante machinerie de l'entertainement hollywoodien, et de l'autre, comme un institution trop vieille pour laisser sa chance au changement ou à la fraîcheur d'une jeunesse qui ne rentrerait pas dans les clous posés par les anciens qui ont été jeunes, un jour.

C'est pourquoi je pense que le crowdfunding est vraiment une bonne chose et permet à des films que le CNC ne cautionne pas de voir le jour. Après je pense que le clan des auteurs qui font un cinéma qu'ils sont les seuls à comprendre et ceux un peu plus populaires qui font des films pour un plus large public (sans parler de blockbusters hollywoodien non plus hein) sont voués à ne jamais se mettre d'accord...
Avatar de l’utilisateur
Hugo
jeune névrosé(e)
 
Messages: 33
Inscription: Ven Oct 01, 2010 2:00 pm
Localisation: Paris
Film d'animation culte: Rat-a-too-e

Re: crowdfunding en mouvement perpétuel

Messagepar Lamartine » Mar Mar 05, 2013 6:27 pm

Le fait est qu'il y a certaines société de production qui remportent chaque année "l'aide selective avant la réalisation" (pour être on ne peu plus précis) et que ce sont toujours les mêmes.


Il n'y a pas énormément de sociétés spécialisées dans le domaine du court-métrage d'animation, rien de plus normal donc à ce que ces mêmes structures de production sollicitent fréquemment l'aide du CNC, des régions et l'appuie des télévisions. Quand au fait d'obtenir ces aides, c'est loin d'être une affaire acquise, même pour les producteurs les plus aguerris.

Alors c'est très bien que ces sociétés puissent vivre de l'économie du court-métrage, mais j'attends un argumentaire qui me prouvera que n'importe quelle autre société qui voudrait se mettre à faire du court-métrage, ou même d'en produire un ponctuellement, a autant de chance qu'une de ces société d'obtenir ce genre d'aide.


C'est la qualité du projet proposé qui fait la différence. Qu'il soit déposé par un producteur ou par un auteur, les membres de la commission sont là pour juger de la qualité d'un projet. Si le déposant est déjà connu, qu'il a réalisé des choses de qualité, c'est sur, c'est un plus. Mais ça ne doit en théorie pas affecté le jugement de l’œuvre proposée. Il arrive fréquemment qu'un réalisateur qui a déjà fait ses preuves soit retoqué par les commissions parce-que son projet n'est pas jugé suffisamment solide.

(D'autant plus que je crois que savoir que ces mêmes sociétés ont des réalisateurs plus ou moins attitrés et que certaines tournent avec les mêmes depuis plusieurs années sans forcément chercher à dénicher le jeune auteur qui aura quelque chose à raconter.)


Je ne comprend pas bien ton raisonnement. Quand on a fait un certain nombre de court métrage on devrait cesser d'en faire pour laisser la place aux autres ? Heureusement que des liens se tissent entre des auteurs et des producteurs, c’est dans la logique d'une collaboration artistique et ça permet d'affiné une œuvre. Ce type de relations n'empêche en rien l’émergence de nouveaux talents.

A la base ok c'est sûrement vrai, mais dans la réalité, les rapports parlent d'eux mêmes.


De quels rapports parles tu ?

Ce qui voudrait dire que ces sociétés présentent des réalisateurs qui sont les seuls à avoir des idées de court-métrage géniales et qu'elles sont les seules à savoir remplir un dossier...


Une fois de plus les sociétés ne sont pas les seules à pouvoir se présenter à l'aide à la réalisation du CNC. Les auteurs peuvent le faire en leur nom, tout seul, comme des grands. Quant aux idées géniales de courts-métrages, elles ne sont (pour peu qu'elles existent) la propriété de personne. Pour ce qui est de la réalisation des dossiers, le CNC à récemment mis à la disposition de tous des exemples de dossiers sur son site et ce afin d'orienter les néophytes.

Si je tiens ce discours, c'est que je me suis moi même frotté à ce genre de recherche financière et pour m'être fait jeté comme un malpropre, je me pose encore la question aujourd'hui de "pourquoi eux tous les ans et pas moi juste une fois?"


J'ai également commencé par me faire jeter de partout quand je suis arrivé avec mes projets dans le monde merveilleux du court métrage. C'est toujours frustrant de se prendre une veste mais ça l'est encore d'avantage de ne pas reconsidérer son travail pour se donner une nouvelle chance. Tout est question d'affinage. Les gens des commissions n'ont pas la science infuse mais leur point de vue se doit d'être bienveillant et surtout éclairant quand un projet ne fonctionne pas. Au CNC (ce n'est malheureusement pas le cas de toutes les institutions) les membres des commissions sont tenus de faire des retours aux auteurs dont les projets sont refusés, et c'est bien la moindre des choses.

Mais à la lecture de ton message une question me taraude : as-tu déjà toi même fais une demande auprès du CNC ?
"J'ai 8404 projets de films... à écrire"

Charlie Mogier

Image
Avatar de l’utilisateur
Lamartine
brindezingue de haut niveau
 
Messages: 2991
Inscription: Mer Mai 26, 2004 5:30 pm
Localisation: Paris
Film d'animation culte: .....

Re: crowdfunding en mouvement perpétuel

Messagepar Lamartine » Mar Mar 05, 2013 6:44 pm

Ouch, nos messages se croisent !

Pour me retrouver à m'endormir quasiment à chaque projection d'Annecy tous les ans, je soulève peut-être un problème épineux mais il est clair que la plupart des films d'auteur donnés à voir sont des films faits par l'auteur et pour l'auteur (et éventuellement un public très restreint d'inconditionnels).


Oui tout à fait. On se regarde le nombril en se congratulant mutuellement de notre incommensurable talent... La salle est vide, l'intérêt du public inexistant et notre mépris pour le reste du monde, insondable ...

Non mais trêve de plaisanterie, tu parles de quels films d'auteurs là ? Quel rapport existe t-il entre un Petrov, une Joanna Quin, un Kōji Yamamura ou un Chris Landreth ?? Et pourtant ils font tous les quatre du "film d'auteur" !

D'un côté on pourra voir ça comme une exception française à conserver pour lutter contre l'envahissante machinerie de l'entertainement hollywoodien, et de l'autre, comme un institution trop vieille pour laisser sa chance au changement ou à la fraîcheur d'une jeunesse qui ne rentrerait pas dans les clous posés par les anciens qui ont été jeunes, un jour.


Mais de quelle jeunesse parles-tu ? Les jeunes comme les vieux, ne sont pas une éspèce :J'en ris aux éclats !:

Après je pense que le clan des auteurs qui font un cinéma qu'ils sont les seuls à comprendre et ceux un peu plus populaires qui font des films pour un plus large public (sans parler de blockbusters hollywoodien non plus hein) sont voués à ne jamais se mettre d'accord...


ça ne veut rien dire cette dernière affirmation. Il existe des films d'auteurs qui font un carton auprès du public et c'est tant mieux !
"J'ai 8404 projets de films... à écrire"

Charlie Mogier

Image
Avatar de l’utilisateur
Lamartine
brindezingue de haut niveau
 
Messages: 2991
Inscription: Mer Mai 26, 2004 5:30 pm
Localisation: Paris
Film d'animation culte: .....

Re: crowdfunding en mouvement perpétuel

Messagepar » Mar Mar 05, 2013 6:46 pm

Je me permet de préciser par soucis de transparence et parce que c'est de notoriété publique, que Lamartine est ou a été lecteur pour le CNC, je ne sais quand ni comment ni quel est le rôle de ces lecteurs mais ça me semblait intéressant de le dire. Il a aussi une bonne connaissance de la machinerie parce qu'il a fait un certain nombre de demande de subvention - avec diverses réussites comme il le dit lui même.

J'ai bien conscience que ce petit monde peut paraître fermé et un peu consanguin pour pas mal de gens. J'ai tendance à trouver assez lassant de voir toujours les mêmes têtes, les mêmes journalistes, quel que soit le festival ou évènement traitant du cinéma d'animation. Il est évident que beaucoup de noms reviennent en boucle et que les subventions vont souvent aux mêmes producteurs. Mais comme Lamartine je dirais que ça tiens au petit nombre de ceux-ci et à la qualité et à l'expérience de ceux qui font ces demandes.
Il n’empêche que j'ai aussi été un peu estomaqué quand j'ai entendu Regina Pessoa l'an dernier se plaindre et trouver scandaleux que son dernier projet n'ait pas eu les subventions espagnoles équivalentes au CNC, ça faisait un peu prétentieux de sa part et donnait l'image de quelqu'un qui se remettait assez peu en cause. A sa décharge le montage de son dernier a été spécialement complexe, avec des coproductions à rallonge, ne permettant pas forcément la réalisation d'un film dans de bonnes conditions.

J'ai moi aussi eu la chance de décrocher une subvention du CNC, un peu au hasard, je pense sur un projet assez atypique et qui a du se démarquer du lot. En tant qu'auteur, sans producteur. J'ai pourtant été retoqué de pas mal d'autres mécaniques financières avec le même dossier. Je suis persuadé qu'il faut persévérer.
Mais c'est probablement vrai aussi que les projets un peu déconne, cartoon, comme celles d'Hugo, ont moins de chance de récolter des fonds que d'autres plus fouillées ou sérieuses ou profondes... ceci dit sans condescendance aucune ni d'un coté ni de l'autre.

+
c
"Quand la raie manta, son nez s'allongit."

Les fourmis n'aiment pas le Flamenco, Auguste Derrière, Ed. Le Castor Astral
Avatar de l’utilisateur
Aide soignant
 
Messages: 4748
Inscription: Mar Fév 18, 2003 1:43 pm
Localisation: Lille-F
Film d'animation culte: Chicken Scratch

Re: crowdfunding en mouvement perpétuel

Messagepar Lamartine » Mar Mar 05, 2013 6:52 pm

Je me permet de préciser par soucis de transparence et parce que c'est de notoriété publique, que Lamartine est ou a été lecteur pour le CNC, je ne sais quand ni comment ni quel est le rôle de ces lecteurs mais ça me semblait intéressant de le dire. Il a aussi une bonne connaissance de la machinerie parce qu'il a fait un certain nombre de demande de subvention - avec diverses réussites comme il le dit lui même.


Oui tu as raison de le préciser Cé, manquerait plus qu'on pense que j'avance masqué tiens ! :)
"J'ai 8404 projets de films... à écrire"

Charlie Mogier

Image
Avatar de l’utilisateur
Lamartine
brindezingue de haut niveau
 
Messages: 2991
Inscription: Mer Mai 26, 2004 5:30 pm
Localisation: Paris
Film d'animation culte: .....

Re: crowdfunding en mouvement perpétuel

Messagepar » Mar Mar 05, 2013 7:00 pm

J'imagine des séances d'Annecy pleines de Daffy duck, de cartoons à l'ancienne et de films de prout.. Quel fendage de gueules, tellement marrant qu'on en sortirait avec le mal de bide :)
Nan mais franchement il y a un lieu pour tout. Le film d’auteur fait avancer le cinéma, le cartoon c'est un genre qui au pire se répète, au mieux rend hommage à ses ainés... Depuis les séquences d'intro de Roger Rabbit j'ai du mal à penser que le genre puisse allez plus loin...
D'un autre coté les fameuses séances de films muets, longs et imbittables me mettent tout aussi mal à l'aise...
In medio stat virtus, comme je dis toujours.
Je ne pense pas qu'il soit productif d'opposer les uns aux autres, l'intérêt c'est la mixité. Mais c’est vrai que maintenant le film comique serait probablement un genre à soutenir...
"Quand la raie manta, son nez s'allongit."

Les fourmis n'aiment pas le Flamenco, Auguste Derrière, Ed. Le Castor Astral
Avatar de l’utilisateur
Aide soignant
 
Messages: 4748
Inscription: Mar Fév 18, 2003 1:43 pm
Localisation: Lille-F
Film d'animation culte: Chicken Scratch

Re: crowdfunding en mouvement perpétuel

Messagepar claires » Mar Mar 05, 2013 7:33 pm

Peut-être que le CNC privilégie des projets qui mettent en avant une recherche, que ça soit en terme d'écriture ou en terme de rendu graphique. Le court-métrage est un lieu d'expérimentation.

Quand Pixar fait un court c'est pour promouvoir son savoir-faire et puis on en parle en disant "le dernier court-métrage de Pixar" et non pas de l'auteur. Ça montre leur objectif.

En France je pense pas que les studios aient assez d'argent pour produire des court-métrage seulement pour faire leur pub. Ils arrivent déjà à peine a boucler les budgets de leur long. Il n'y a pas beaucoup de studios qui font du benef' pour le mettre dans des plus petits projets.

Donc personnellement, je trouve ça bien que l'argent qui vient de subventions diverses soient là pour aider les projets où il y a un enjeu créatif, une démarche d'auteur.

Après, il y a d'autres aides qui n'ont pas la même approche. Et c'est bien aussi car ça permet d'avoir une production variée.
Avatar de l’utilisateur
claires
jeune névrosé(e)
 
Messages: 36
Inscription: Ven Déc 02, 2011 10:08 am
Localisation: paris
Film d'animation culte: Le hérisson dans le brouillard

Re: crowdfunding en mouvement perpétuel

Messagepar Jacky Chong » Mar Mar 05, 2013 7:46 pm

Lamartine a écrit:
Je me permet de préciser par soucis de transparence et parce que c'est de notoriété publique, que Lamartine est ou a été lecteur pour le CNC, je ne sais quand ni comment ni quel est le rôle de ces lecteurs mais ça me semblait intéressant de le dire. Il a aussi une bonne connaissance de la machinerie parce qu'il a fait un certain nombre de demande de subvention - avec diverses réussites comme il le dit lui même.
Oui tu as raison de le préciser Cé, manquerait plus qu'on pense que j'avance masqué tiens ! :)

Salut Lamartine, pourrais-tu nous éclairer quant à cette double/triple casquette ? En tant qu'auteur/producteur et lecteur, comment fonctionne le système d'attribution de subventions pour qu'il reste impartial ? Merci.
Image
Avatar de l’utilisateur
Jacky Chong
malade de la tête d'exception
 
Messages: 1917
Inscription: Mar Juil 04, 2006 11:22 pm
Localisation: Bayonne
Film d'animation culte: Princesse Stéréonoké

Re: crowdfunding en mouvement perpétuel

Messagepar Lamartine » Mar Mar 05, 2013 8:07 pm

Et bien en tant qu'auteur j'écris des scénario que je dépose dans les commissions dont je deviens le lecteur. En règle générale je me trouve beaucoup de talent et je m'octroie (en tant que producteur cette fois) beaucoup de subventions afin de réaliser mes films. J'ai également la casquette de membre du jury dans une trentaine de festivals majeurs afin de me récompenser comme il se doit c'est à dire très généreusement.

Blagues mis à part j’ai effectivement été membre du comité e lecture des courts métrages d'animation durant quelques années au CNC (J'ai également fait partie de la commission plénière d'aide à la qualité après réalisation mais qui concerne surtout le documentaire et le live). Le job consiste à lire environ 15 dossiers par mois, à prendre des notes et à décider avec deux ou trois autres membres de la pertinence de tel ou tel projet. Selon la décision du comité, les projets peuvent soit monter en séance plénière pour y être examinés en vue d'une acceptation de l'aide demandée, soit être ajournés en vue d'une réécriture (parfois assortie d'une aide financière) soit être recalé définitivement. C'est un travail intéressant mais très chronophage et mal rémunéré. Il va de soit que lorsque mes projets venaient à concourir au sein de ce comité (c'est arrivé une fois) je me suis fait remplacer par quelqu'un d'autre. Il est également arrivé qu'un projet présenté par la société dont je suis l'un des associés fasse partie d'une commission où je siégeais. Dans ce cas, je sortais de la pièce afin de laisser les autres membres délibérer. Je précise qu'à chaque fois que j'ai été présent en commission avec un projet de papy3d, ce dernier s'est fait retoqué, comme quoi ...
"J'ai 8404 projets de films... à écrire"

Charlie Mogier

Image
Avatar de l’utilisateur
Lamartine
brindezingue de haut niveau
 
Messages: 2991
Inscription: Mer Mai 26, 2004 5:30 pm
Localisation: Paris
Film d'animation culte: .....

Re: crowdfunding en mouvement perpétuel

Messagepar Jacky Chong » Mar Mar 05, 2013 8:37 pm

Lamartine a écrit:Et bien en tant qu'auteur j'écris des scénario que je dépose dans les commissions dont je deviens le lecteur. En règle générale je me trouve beaucoup de talent et je m'octroie (en tant que producteur cette fois) beaucoup de subventions afin de réaliser mes films. J'ai également la casquette de membre du jury dans une trentaine de festivals majeurs afin de me récompenser comme il se doit c'est à dire très généreusement.

:J'en ris aux éclats !: ...je m'en doutais !
Lamartine a écrit:Blagues mis à part j’ai effectivement été membre du comité e lecture des courts métrages d'animation durant quelques années au CNC (J'ai également fait partie de la commission plénière d'aide à la qualité après réalisation mais qui concerne surtout le documentaire et le live). Le job consiste à lire environ 15 dossiers par mois, à prendre des notes et à décider avec deux ou trois autres membres de la pertinence de tel ou tel projet. Selon la décision du comité, les projets peuvent soit monter en séance plénière pour y être examinés en vue d'une acceptation de l'aide demandée, soit être ajournés en vue d'une réécriture (parfois assortie d'une aide financière) soit être recalé définitivement. C'est un travail intéressant mais très chronophage et mal rémunéré. Il va de soit que lorsque mes projets venaient à concourir au sein de ce comité (c'est arrivé une fois) je me suis fait remplacer par quelqu'un d'autre. Il est également arrivé qu'un projet présenté par la société dont je suis l'un des associés fasse partie d'une commission où je siégeais. Dans ce cas, je sortais de la pièce afin de laisser les autres membres délibérer. Je précise qu'à chaque fois que j'ai été présent en commission avec un projet de papy3d, ce dernier s'est fait retoqué, comme quoi ...

Merci de ta réponse, c'est très intéressant.
Image
Avatar de l’utilisateur
Jacky Chong
malade de la tête d'exception
 
Messages: 1917
Inscription: Mar Juil 04, 2006 11:22 pm
Localisation: Bayonne
Film d'animation culte: Princesse Stéréonoké

Re: crowdfunding en mouvement perpétuel

Messagepar zac » Mar Mar 05, 2013 9:01 pm

cé a écrit:......Le film d’auteur fait avancer le cinéma, le cartoon c'est un genre qui au mieux se répète, au pire rend hommage à ses ainés... Depuis les séquences d'intro de Roger Rabbit j'ai du mal à penser que le genre puisse allez plus loin...
......


On sort complètement du topic... mais tu risques d'ouvrir une boîte de Pandore là... :shock:

Je vais enfoncer une porte ouverte, je sais, mais pourquoi ce pays est-il le seul à séparer à ce point, le film d'auteur du reste du cinéma?.... ça veut dire quoi film d'auteur?... une énorme partie des films faits dans le Monde ont des auteurs qui les ont écrit!... ça voudrait donc dire que chez certains auteurs, il y aurait une noblesse?...et que les autres seraient des sous-auteurs?... des crétins?...qu'il n'y aurait qu'un modèle de production digne de ce nom?... qu'une seule esthétique du récit renvoyant à cette notion?...que certaines préoccupations?...

Cette "distinction" n'a pas de sens. Elle ne signifie rien d'autre que de limiter à une typologie un certain nombre de films, mais surtout, un certain nombre de leurs "auteurs" qui pensent qu'ils doivent être distingués... des autres.... mais pourquoi?
A force d'entretenir cette dichotomie, le vrai faux genre a fini par générer ses propres stéréotypes, ses formatages... tout aussi insupportables que ceux du cinéma (de genre?...populaire?...comédie?..gore?...fantastique?...SF?... érotique?...) dont il tient tant à se distinguer, et qui ne prétends à rien d'autre que le plaisir de filmer...de donner à voir...etc...
Alors faire ce distingo me paraît ridicule. Cela crée un genre parmi les autres...film d'auteur... c'est grotesque non?
Il y a de bons films...et il y a des films ratés...et aussi des bouses. Quelque soit le budget ou le genre... ou la posture...ou l'auteur!.
Il y a une intelligence du cinéma, du film qu'on fait... et le reste n'est que littérature. C'est l'ensemble du Cinéma qui fait avancer le Cinéma...

Je ne ferais pas de commentaires à propos du cartoon... dont la vraie signification a été tellement dévoyée... le cartoon, ce n'est pas un problème graphique ni esthétique, c'est un regard et une pensée du Monde via l'animation. Et à ce titre, il est une écriture cinématographique toujours aussi moderne...et qui a de l'avenir.

Quant à Regina Pessoa, que tu cites plus haut, si tu connaissais le budget avec lequel elle a fait Kali (aaarg!)... je ne suis pas sûr que tu la prendrais comme un exemple de l'adversité qu'on rencontre dans le court métrage.... d'auteur, justement. Alors si en plus elle se plaint ... qu'elle aille demander à Mr Lamartine, ou Mr Meule, ou encore à Mr Muye avec combien d'euro ils ont fait le leur... de (très bon) film.
Ils sauront apprécier ses vicissitudes... :J'en ris aux éclats !:
Avatar de l’utilisateur
zac
respectable zinzin
 
Messages: 847
Inscription: Mar Déc 27, 2005 10:05 pm
Localisation: Iles sous le vent
Film d'animation culte: Tex Avery's "Rock-a-bye-bear"

Re: crowdfunding en mouvement perpétuel

Messagepar » Mar Mar 05, 2013 9:31 pm

Argl... tu sais qu'en écrivant ça j'étais sur de provoquer ta réaction.

Je suis bien d'accord avec toi dans le fond.
Je m'élevais juste contre ce manichéisme cartoon vs film d'intello.
Mais je sais que j'ai péché.
D'un autre coté, je considère que même Presto que j'ai beaucoup aimé parce que j'ai beaucoup ri en le voyant, n'arrive pas au quart de la fantaisie d'un Magical Maestro. D'où ma référence à cette notion d'hommage.
Mais Driessen ou Konstantin Bronzit ont montré qu'il y avait encore à explorer dans cette veine de ce qu'on catalogue en France ou ce qu'Hugo appelle "cartoon".

Effectivement je crois qu'on dévie.
Ceci dit on reste quand même sur le thème crowdfunding : pour quel projet ?
+
c
"Quand la raie manta, son nez s'allongit."

Les fourmis n'aiment pas le Flamenco, Auguste Derrière, Ed. Le Castor Astral
Avatar de l’utilisateur
Aide soignant
 
Messages: 4748
Inscription: Mar Fév 18, 2003 1:43 pm
Localisation: Lille-F
Film d'animation culte: Chicken Scratch

Re: crowdfunding en mouvement perpétuel

Messagepar zac » Mar Mar 05, 2013 9:45 pm

cé a écrit:Argl... tu sais qu'en écrivant ça j'étais sur de provoquer ta réaction........


:J'en ris aux éclats !:
Oui, je sais que tu savais...
Avatar de l’utilisateur
zac
respectable zinzin
 
Messages: 847
Inscription: Mar Déc 27, 2005 10:05 pm
Localisation: Iles sous le vent
Film d'animation culte: Tex Avery's "Rock-a-bye-bear"

Re: crowdfunding en mouvement perpétuel

Messagepar anncaro » Mar Mar 05, 2013 10:11 pm

Zac : merci ! Merci ! Merci ! Fichtre, ça fait du bien de lire ça...
"Garçon, remettez-moi la même chose !"
"Si madame de Sévigné avait pris le métro, elle aurait peut-être raté sa correspondance."
Les frères ennemis
Avatar de l’utilisateur
anncaro
malade de la tête d'exception
 
Messages: 1543
Inscription: Ven Sep 30, 2005 8:14 am
Localisation: Hellemmes
Film d'animation culte: Ring of fire

Re: crowdfunding en mouvement perpétuel

Messagepar kachoudas » Mer Mar 06, 2013 6:04 am

juste pour apporter ma pierre à la question des commissions CNC, puisque j'en ai fait aussi souvent partie (pour ma part, il y a eu une fois un chevauchement avec un projet de mon prod, et je me suis aussi abstenu de participer à la discussion. Je ne crois pas qu'il ait eu l'aide au final, mais je ne suis plus très sûr)

bref... quelques infos complémentaires :
- les professionnels "tournent", ce ne sont pas toujours les même, ils changent même assez régulièrement. Du moins c'était le cas il y a 6 ou 7 ans.

La question des films de genre :
- D'abord, il suffit de regarder les films produits pour voir que la caricature "une toxicomane russe qui a subi une ablation des bras etc..." est très loin de la réalité. du moins en anim, pour la fiction je ne sais pas , je m'en fout.

- Les séances de films d'auteurs à Annecy comprennent très peu de films français, et je peux t'affirmer avec expérience que la plupart des pays du monde ne fonctionnent pas comme la France.

- Enfin, les films de genre : J'aurais bien aimé en voir passer des bons projets de SF, de fantastique, d'horreur, d'heroic fantasy, des polars, je ne sais quoi !!! J'adore ça, moi, j'aurais adoré en défendre.... mais je n'en ai jamais vu passer un seul de qualité. Et même pas de "qualité selon les standards du genre". Parfois de piteux ersatz de Philip K. Dick matinés de Orwell mal digéré, ça oui... réduits à une simple course poursuite... le pire c'était les dossiers graphiques avec wireframe de 3D pour "expliquer le processus" .... non mais y m'prend pour qui l'autre ? :)

- enfin on peut faire ses films sans cette aide spécifique. Pour ma part, sur mes 6 films, deux seulement l'ont eu. Après, il y a le cosip, les régions, les partenariats privés, les autres pays, les chaines TV, l'huile de coude, le vaudou, l'aide au programme, le trafic de drogue, que sais-je ? et oui aussi le financement participatif.
Avatar de l’utilisateur
kachoudas
grand fou, grande folle
 
Messages: 1287
Inscription: Dim Nov 05, 2006 10:07 am
Localisation: Fukuoka
Film d'animation culte: La planète sauvage

Re: crowdfunding en mouvement perpétuel

Messagepar Lamartine » Mer Mar 06, 2013 8:54 am

Il y a de bons films...et il y a des films ratés...et aussi des bouses. Quelque soit le budget ou le genre... ou la posture...ou l'auteur!.
Il y a une intelligence du cinéma, du film qu'on fait... et le reste n'est que littérature. C'est l'ensemble du Cinéma qui fait avancer le Cinéma...


Voilà, vous avez résumé le fond de ma pensée monsieur Zac ! :)
"J'ai 8404 projets de films... à écrire"

Charlie Mogier

Image
Avatar de l’utilisateur
Lamartine
brindezingue de haut niveau
 
Messages: 2991
Inscription: Mer Mai 26, 2004 5:30 pm
Localisation: Paris
Film d'animation culte: .....

Re: crowdfunding en mouvement perpétuel

Messagepar D.Plainview » Mer Mar 06, 2013 11:55 am

M. Zac, merci, chapeau, on ne peu plus d'accord, tout ça.
Avatar de l’utilisateur
D.Plainview
petit fou, petite folle
 
Messages: 179
Inscription: Mar Juil 14, 2009 12:37 am
Film d'animation culte: Sen to Chihiro no Kamikakushi

Re: crowdfunding en mouvement perpétuel

Messagepar Jacky Chong » Mer Mar 06, 2013 12:27 pm

zac a écrit:Cette "distinction" n'a pas de sens. Elle ne signifie rien d'autre que de limiter à une typologie un certain nombre de films, mais surtout, un certain nombre de leurs "auteurs" qui pensent qu'ils doivent être distingués... des autres.... mais pourquoi?

Salut, je suis d'accord avec toi, je trouve ça assez snob de différencier le cinéma d'auteur du reste ; je me rappelle avoir eu une longue discussion à ce sujet avec une copine un jour. J'avais pris l'exemple de Spielberg qui est assez flagrant.
Je lui disais "Spielberg est auteur de ses films, il en a une vision propre, et on peut donc considérer ses films comme du cinéma d'auteur, non ?" ; elle a d'abord bondi, mais en discutant on fini par se mettre d'accord...
La conclusion c'était que cette différenciation n'était finalement que la résultante de la comparaison de films à gros budget et de film à petits budget ainsi que le choix de l'auteur à ratisser large ou pas ; cette différenciation ou "distinction" comme tu dis m'exaspère toujours cependant...
Peut-être faudrait-il changer simplement le nom "cinéma d'auteur" qui n'a pas vraiment de sens, pour garder quand même une différence de catégorie entre un film fait et uniquement fait pour gagner de l'argent (un blockbuster), et un film fait par un auteur qui n'a pas peur de faire des choses très personnelles quitte a avoir peu de retombées financières... :?: Je sais pas...
Selon la définition wikipedia, le cinéma d'auteur est souvent assimilé au cinéma d'art et d'essai, qui de par la fonction même de ses salles sélectionnent des films avec des caractéristiques spécifiques (qui sont selon moi plus ou moins floues car très interprétables), enfin...

kachoudas a écrit:- enfin on peut faire ses films sans cette aide spécifique. Pour ma part, sur mes 6 films, deux seulement l'ont eu. Après, il y a le cosip, les régions, les partenariats privés, les autres pays, les chaines TV, l'huile de coude, le vaudou, l'aide au programme, le trafic de drogue, que sais-je ? et oui aussi le financement participatif.

Personnellement pour Digduguesclin, j'ai utilisé la technique du P.E.L. Breaking.
Ca s'est passé à la banque :
"Haut les mains le lombard, je veux casser mon PEL car j'ai un film d'animation a faire !"
"Mais... mais... Damoiseau...Vous êtes sûr... ? Vous avez là un taux d'intérêt très intéressant vous savez...estes-vous vraiment sûr de tout vouloir sortir d'un coup ?..."
"Coquebert ! Vous ne voyez pas qu'il s'agit là d'un affaire de coeur ? Donnez moi mes écus ou je vous bottecul !"
Image
Avatar de l’utilisateur
Jacky Chong
malade de la tête d'exception
 
Messages: 1917
Inscription: Mar Juil 04, 2006 11:22 pm
Localisation: Bayonne
Film d'animation culte: Princesse Stéréonoké

Messagepar rvdboom » Mer Mar 06, 2013 12:52 pm

On connait tous le principe : l'homme n'aime pas les continüum, il a besoin à un moment ou à un autre de frontières. Je me dis que ça a dû commencer avec la sédentarisation et s'est étendu à tout son schéma de pensée. On le voit aujourd'hui dans la politique (clivage gauche-droite), dans la société (ouvriers-patrons), etc.
On peut regretter cette incapacité que nous avons de ne pas "classer" les choses, mais j'ai l'impression que c'est profondément ancré dans la nature humaine et qu'on se bat contre des moulins en tentant de dénoncer cette approche.
Oui, le cinéma est un grand continuum et classifier les styles de films revient à poser des lignes dans des zones grises.
Mais un organisme comme le CNC peut aider des films via certaines aides tant qu'ils apparaissent comme une activité "culturelle". Le reste est interdit par les lois européennes car apparaitrait comme une atteinte à la libre concurrence. Donc, le CNC se doit déjà de définir une ligne entre le film "culturel" et le film "commercial". Jusqu'ici, ça va à peu près, on arrive tant bien que mal à poser une frontière plus ou moins objective.
Vient ensuite l'idée de favoriser un cinéma d'auteurs plutôt qu'un cinéma commercial, c'est à dire une approche artistique financièrement plus fragile. Là, ça se complique. La définition est à peu près connue, un truc du genre : Un cinéma favorisant le point de vue d'un auteur et une originalité de ton plutôt qu'une approche consensuelle et/ou stéréotypée visant un public plus ou moins large (définition de ma pomme, donc discutable).
L'interprétation d'une définition de ce type et sa mise en oeuvre sont évidemment hautement subjectives.
C'est sur ce genre de principes que les films de genre, qui a la base s'appuient beaucoup sur le principe de réutilisation de clichés du genre, sont généralement écartés, car n'étant pas assez personnels (et en pratique, comme le souligne Kachoudas, c'est le plus souvent le cas). Ca ne veut pas dire qu'un film de genre ne pourrait pas être un film personnel, détournant intelligemment les stéréotypes. C'est probablement suffisamment difficile à faire pour que très peu de projets ne passent.
Je pense comme Zac qu'un film fait avec intelligence et créativité arrive le plus souvent à passer, quelque soit son "genre". Mais je pense aussi qu'il ne faut s'attendre rapidement à une disparition de nos tendances "classificatrices". On peut s'en plaindre, mais je pense qu'il vaut mieux faire avec et travailler ses projets de manière à passer dans les mailles du filet. C'est une forme de contrainte, qui peut être moteur pour de la créativité.
Dernière édition par rvdboom le Mer Mar 06, 2013 6:42 pm, édité 1 fois.
Le prédicateur fou
Avatar de l’utilisateur
rvdboom
brindezingue de haut niveau
 
Messages: 2275
Inscription: Mar Aoû 31, 2004 10:02 pm
Localisation: Paris

Re: crowdfunding en mouvement perpétuel

Messagepar Hugo » Mer Mar 06, 2013 2:29 pm

Je pense aussi que Zac a su résumer la situation qui me chiffonne tellement et cette appellation de "cinéma d'auteur" qui fait très prétentieux et pédant. Le nom "d'art et d'essai" lui va effectivement mieux... Souvent "essai" plus qu'art d'ailleurs le plus souvent ;) Bon ça va je taquine !!!

Juste pour répondre aux interrogations de Lamartine brièvement:
Je ne comprend pas bien ton raisonnement. Quand on a fait un certain nombre de court métrage on devrait cesser d'en faire pour laisser la place aux autres ? Heureusement que des liens se tissent entre des auteurs et des producteurs, c’est dans la logique d'une collaboration artistique et ça permet d'affiné une œuvre. Ce type de relations n'empêche en rien l’émergence de nouveaux talents.

C'est tout à fait normal qu'il y ait une relation de confiance qui se tisse entre un réalisateur et son producteur et j'ose espérer que le jour où j'aurais ton expérience, je pourrais moi aussi m'attendre non pas à pouvoir en vivre grassement mais plutôt à continuer d'en faire un... De temps en temps... Si possible... Aïe pas sur la tête!!
Le fait est qu'il y a plusieurs organismes qui aident à la création en France.... Mais ils ne sont pas si nombreux que ça. Et c'est en ce sens que je ne suis pas forcément d'accord quand tu dis que ça n'empêche en rien l'emergence de nouveaux talents. Pas tant qu'il leur marchent sur la tête mais si les budgets sont accordés de manière récurrente aux anciens... Fatalement ça laisse moins de place aux jeunes. On en revient au débat de la qualité du projet qui prime, de l'imparitalité du CNC etc...
De quels rapports parles tu ?

Mais comme je le disais, les rapports parlent d'eux mêmes. Et je parle des rapports d'attribution des aides du CNC avant la réalisation :

http://asset.rue89.com/files/aides_CM.pdf
Bon après faut googler : "les aides du CNC à la production de films de court métrage en" 2008-2009-2010-2011 etc... et télécharger les .pdf. On voit bien que ce sont régulièrement les mêmes sociétés qui remportent les aides.

Pour ce qui est de la réalisation des dossiers, le CNC à récemment mis à la disposition de tous des exemples de dossiers sur son site et ce afin d'orienter les néophytes.

Alors ça par exemple je ne le savais pas et je trouve que c'est une très bonne chose. J'ai du limite faire du piratage industriel pour avoir une idée de comment se présentait un dossier et je trouvais vraiment ça dommage qu'ils ne le fassent pas.

Les gens des commissions n'ont pas la science infuse mais leur point de vue se doit d'être bienveillant

as-tu déjà toi même fais une demande auprès du CNC ?


Alors justement, j'avais appelé pour avoir des conseils afin ne pas me louper et je suis tombé sur une dame on ne peut plus bienveillante qui a pris le temps de lire le dossier et de me faire un compte rendu sur chaque coquille mais elle m'a bien fait comprendre qu'il ne fallait pas que je me fasse trop d'illusion parce que dans le fond, le projet ne correspondait pas vraiment à ceux qu'ils avaient l'habitude de soutenir. Je savais que si le projet se faisait recaler, je ne pouvais plus le re présenter... Je l'ai travaillé à mort en essayant de faire au mieux et entre temps, j'ai eu la bonne surprise (j'ai vite déchanté) d'avoir été retenu pour passer devant un jury pour l'attribution de l'aide de la fondation Lagardère. A partir du moment où je me suis fait boulé à coup de "On est déjà entouré de technologie au quotidien, je ne suis pas sûr que les gens aient envie de voir un film qui traite de ce sujet", de "ouais c'est un mec qui danse dans sa salle de bains so what?" et de l'ultime "Mais je ne comprends pas pourquoi vous sollicitez une aide pour faire ce film... Pourquoi vous ne le faîtes pas sur votre temps libre avec des amis?" J'ai carrément baissé les bras et je n'avais plus la force morale pour me prendre des réflexions du genre face à n'importe quel autre jury bienveillant.

Oui tout à fait. On se regarde le nombril en se congratulant mutuellement de notre incommensurable talent... La salle est vide, l'intérêt du public inexistant et notre mépris pour le reste du monde, insondable ...


Je ne dis pas que tous les films sont dénués d’intérêt. Annecy reste un des plus gros festival international d'animation et l'engouement des gens reste inébranlable. Après j'imagine qu'on ne fréquente sûrement pas les mêmes professionnels du milieu de l’animation (je n'ai pas su tourner la phrase autrement mais il ne faut y voir là aucune impertinence ou insolence... juste un fait), mais de mon côté, les gens sont toujours aussi motivés à aller à Annecy chaque année et de moins en moins à assister aux séances de court-métrage en compétition. Moi même qui suis un inconditionnel du cinéma d'animation sous toutes ses formes, j'ai de plus en plus de mal...

Pour prendre un exemple frappant, l'année dernière, je me suis offusqué de voir un célèbre cartoonist gore américain que tout le monde connaît, être sélectionné pour un film de 14 secondes qu'il avait fait il y a 20 ans et que sa femme a retrouvé dans les cartons, remonté, et inscrit à Annecy. Le film montrait un femme (princesse?) attendant son marin de mari (prince) revenir sur un bateau. Elle l'attendait sur le haut d'une falaise et lorsque le bateau au loin passe au même niveau dans l'écran que la tête de la princesse, la proue lui crève l'oeil, elle hurle et il y a du sang partout. Fin. 14 secondes. Célèbre cartoonist gore américain considéré comme un Dieu par certains. Sélectionné en court-métrage en compétition.
Heureusement, dans la même sélection, l'excellent "Una furtiva lagrima" de Carlo Vogele était là pour me faire retrouver le sourire.
A côté de ça, les Planktoon sortent "Réflexion" qu'ils co-réalisent de manière totalement indépendante, innovant artistiquement, qui remporte le 1e prix au Siggraph, shortlisté à la base pour les Oscars, et recalé à Annecy. Idem pour "dripped" de Léo Verrier qui se retrouva quand même dans les courts-métrages hors compétition et qui fut lui aussi shortlisté pour les Oscars.
L'argument des anciens qui n'empêchent en rien les nouveaux talents d’émerger en prend un sérieux coup.

Encore une fois, les critères de sélection et la comparaison entre auteurs est hautement subjective et j'avoue que parfois, les choix faits en ce qui concerne le festival d'Annecy me déroutent. Que ce soit pour les aides du CNC ou pour les sélections des films à Annecy, j'ai comme l'impression qu'il y a une tendance générale relativement commune. Est-ce que ce sont les mêmes personnes qui cumulent les mandats et tirent les ficelles ou bien? Si jamais quelqu'un à une explication à m'apporter pour éclairer ma lanterne, je suis largement preneur!!

Pour en revenir au sujet du CNC et de la catégorisation des genres, je pense que tout est dit ici :
4/ Le CNC finance le film d'auteurs. Tout dossier du type film de genre faisant appel à des clichés sera systématiquement rembarré.

Le but n'est pas de faire une liste des films qui ont été financés ou pas par le CNC, qui l'auraient mérités ou pas. La liste serait longue, non-exhaustive et ça ouvrirait la porte à des débats interminables qui auront plus leur place autour d'une bonne bière lors des jeudis des fous d'anim' ou pendant le pique nique sur le paquier que sur un forum. De toute évidence il est pratiquement impossible d'imaginer ce que donnera un film tant qu'il n'est pas fait, et la différence entre le dossier qu'on présente et le film fini peut-être amoindrie par le réalisateur car c'est ce qu'il avait à peu près en tête depuis le début, mais c'est moins évident pour les membres d'un jury quelconque de se projeter entre ces deux étapes. Ce qui a de bien en revanche (dans le principe du moins) c'est d'accorder un prime à la qualité aux films qui n'auraient par reçu l'aide avant la réalisation.

Bref, tout ça pour dire que je trouve dommage que l'aide avant la réalisation se cantonne à une catégorie de films (qu'on ne saurait nommer) et écarte d'emblée ceux qui ne s'approcheraient pas de cette tendance. Svankmajer et Tex Avery sont tous les deux des légendes de l'animation et du court-métrage, il n'empêche que je suis prêt à parier très cher que l'un des deux aurait plus de facilités à obtenir les aides du CNC aujourd'hui.

D'où mon enthousiasme pour le crowdfunding et les systèmes de financement participatif et alternatifs contournant les schémas classiques!!
Avatar de l’utilisateur
Hugo
jeune névrosé(e)
 
Messages: 33
Inscription: Ven Oct 01, 2010 2:00 pm
Localisation: Paris
Film d'animation culte: Rat-a-too-e

Re: crowdfunding en mouvement perpétuel

Messagepar claires » Mer Mar 06, 2013 4:44 pm

Pour moi "un film d'auteur" c'est un film qui s'inscrit dans une démarche personnelle et propre à son auteur, peu importe le genre, l'histoire, le graphisme ou le publique auquel il s'adresse.

Venant de l'école de la Poudrière, qui à l'ambition de former des "auteurs-réalisateurs", on peut bien voir que tous les étudiants qui en sortent ne font pas des films sur
une toxicomane russe qui a subi une ablation des bras et qui voulait devenir une grande pianiste


Les films de fin d'étude sont de tous les styles, genre et autres. Il y a des gens qui entrent à la Poudrière et qui revendiquent pleinement le fait de vouloir faire des films pour toucher le plus de spectateurs et qui voudraient faire de la série. Personnellement, venant d'une école d'art, au début je me suis vraiment interrogée sur cette notion de "film d'auteur", que je pensai attribué à des films qui n'avaient pas pour premier objectif d'être aimé par le publique mais plus porté par une envie de l'auteur de s'exprimer sur un thème ou un sujet. Et j'en suis venue à la conclusion qu'un auteur est finalement quelqu'un qui développe au fil de ses films une démarche qui lui est propre, un univers narratif et visuelle. Peu importe que l'univers visuel soit emprunter ou très dans l'air du temps tant que tout cela (démarche, histoire, visuel) est cohérent.
Avatar de l’utilisateur
claires
jeune névrosé(e)
 
Messages: 36
Inscription: Ven Déc 02, 2011 10:08 am
Localisation: paris
Film d'animation culte: Le hérisson dans le brouillard

Re: crowdfunding en mouvement perpétuel

Messagepar sowsette » Mer Mar 06, 2013 4:58 pm

Petite parenthèse...
Touscoprod.com lance un appel à projets via le festival d'animation d'Annecy

http://www.annecy.org/actualites:a453

Il s'agit là de crowdfunding justement!
A priori pas de contraintes particulières ( bon je n'ai pas encore tout lu en détail...)
On peut alors y déposer un film déjà en partie financé et qui cherche à boucler son budget (comme la vie sans truc) , un projet qui a déjà une production ou encore des projets totalement autodidacte
Si c'est ouvert à tout, cela ne risque t il pas de créer des inégalités?
Bref qu'en pensez vous?
Avatar de l’utilisateur
sowsette
petit fou, petite folle
 
Messages: 93
Inscription: Ven Mai 20, 2011 12:59 pm
Film d'animation culte: Trop!

Re: crowdfunding en mouvement perpétuel

Messagepar Hugo » Mer Mar 06, 2013 5:15 pm

Je ne pense pas qu'il y ait réellement d'inégalités quand il s'agit de crowdfunding. Chaque projet est comme une cellule à part qui fait son bout de chemin et c'est au porteur de projet d'être assez bon au niveau de sa communication et du contenu de son projet pour réussir à "se vendre". Comme on s'attaque à la population en générale, il n'y a pas de limite, et une personne qui soutiendra un projet n'en soutiendra pas un autre donc pas vraiment de concurrence à mon sens. Contrairement aux aides que les organismes peuvent attribuer, qui ont un montant arrêté et qui ne sera attribué qu'à un petit nombre, le crowdfunding permet vraiment d'avoir une visibilité et de miser sur le "choix du public". Bon faut pas se leurrer non plus, dans un premier temps ce sera les potes, la famille et les quelques pros du milieu (merci à eux) qui soutiendront le projet mais en communiquant bien, en se faisant soutenir par les plateformes spécialisées justement, (merci Fous d'anim', Catsuka, Focus On Animation et 3DVF) les réseaux sociaux, on peut toucher un plus grand nombre de personnes.

Les plateformes de financement participatif n'hésitent pas non plus à faire un peu de promo pour les projets qui arrivent en deadline de récolte de fond. C'était le cas pour mon film, Touscoprod a fait une newsletter en mettant le projet en avant et le jour même j'ai reçu tout plein de contributions de gens que je ne connaissais absolument pas. (Que je remercie du fond du coeur d'ailleurs)
Le seul "petit" soucis qui peut se poser avec un site franco-français... C'est le même que pour le cinéma de manière générale. Si on sort un film uniquement sur le sol français... Pas forcement évident de l'amortir. C'est un peu pareil pour une campagne de récolte de fond. Quand on voit les montants que certains projets similaires arrivent à soulever sur une plateforme comme Kicksarter, qui a une énorme visibilité aux USA, on est en droit de se dire que d'être 65 000 000 de français c'est cool... Mais si on peut aller frapper à la porte de 315 000 000 d'américains + tous les anglophones (Canada, Royaume Uni) et tous les autres pays susceptibles de traîner sur le site et de recevoir une newsletter avec le projet mis en avant, ben le succès de la récolte ne sera pas le même...
Avatar de l’utilisateur
Hugo
jeune névrosé(e)
 
Messages: 33
Inscription: Ven Oct 01, 2010 2:00 pm
Localisation: Paris
Film d'animation culte: Rat-a-too-e

Re: crowdfunding en mouvement perpétuel

Messagepar blinkity » Mer Mar 06, 2013 5:25 pm

une toxicomane russe qui a subi une ablation des bras et qui voulait devenir une grande pianiste


Voilà un beau thème de défidéfous non ?!

Il y a de bons films...et il y a des films ratés...et aussi des bouses. Quelque soit le budget ou le genre... ou la posture...ou l'auteur!.
Il y a une intelligence du cinéma, du film qu'on fait... et le reste n'est que littérature. C'est l'ensemble du Cinéma qui fait avancer le Cinéma...


Et pour en revenir au sujet du crowfounding, c'est un peu la même chose. Il y a de beaux projets et d'autres moins bien... certains sans producteur derrière, d'autres avec...
et le reste ce n'est que du cinéma.

Je trouve que le crowfunding est plutôt une chouette chose et j'ai déjà soutenu des projets de gens que je ne connaissais pas du tout.
blinkity
petit fou, petite folle
 
Messages: 125
Inscription: Mer Mai 02, 2007 7:12 am
Localisation: Aubervilliers
Film d'animation culte: Mary et Max

Re: crowdfunding en mouvement perpétuel

Messagepar Hugo » Mer Mar 06, 2013 5:47 pm

J'en ai la pelle des pitchs du genre... J'ai juste peur qu'à force de sortir des idées comme ça en parlant du cinéma d'auteur, je tombe un jour sur le pitch d'un film qui a vraiment été fait et de froisser le réalisateur!!
Et pour le crowdfunding, C'est cool de soutenir les projets à échelle humaine. En fait ça me fait un peu penser à la politique avec une loi qui doit passer parce qu'elle est votée par des élus d'un gouvernement (vote avec lequel les français ne sont pas toujours d'accords même quand ils sont du bord du gouvernement en place).... ou un référendum quand on demande son avis à chaque français!!
Le crowdfunding, c'est un peu le référendum de la production artistique de manière générale ;)
Avatar de l’utilisateur
Hugo
jeune névrosé(e)
 
Messages: 33
Inscription: Ven Oct 01, 2010 2:00 pm
Localisation: Paris
Film d'animation culte: Rat-a-too-e

Re: crowdfunding en mouvement perpétuel

Messagepar j'y go d'agneau » Mer Mar 06, 2013 9:43 pm

Le crowdfunding, c'est un peu le référendum de la production artistique de manière générale


Arf le référendum, la démocratie tout ça, tout ça, ça a aussi ses limites... Il faut être beau, plaire à la plèbe mais au fond est-ce qu'on apporte des solutions ou est-ce qu'on cherche à être élu... Celui qui pu, qui est moche, personne vote pour lui mais peut être qu'il a aussi des bonnes idées...

Enfin bref 2 mondes que tout oppose : le diktat d'une commission dirigée par une bande d'artistes Russes qui parle le grec ancien avec des poils qui puent vs le joli monde de la communication où faut être beau, musclé et surtout très cool. Histoire de ne pas faire dans les clichés...
j'y go d'agneau
 
Messages: 4
Inscription: Dim Aoû 09, 2009 11:25 am
Film d'animation culte: le roi et l'oiseau

PrécédenteSuivante

Retourner vers A propos des news

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités

cron